Jeudi 23 Décembre 2004
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Le Soir Sat
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

APRÈS COUP, C’EST TOUJOURS FACILE

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

“Santé publique : contrairement au Pregestimil, Ouyahia n’a toujours pas été retiré du marché.”

Il y a des moments de grande hypocrisie que l’on peut ignorer, sur lesquels on peut aisément faire l’impasse. Par contre, il y a de très très grands moments d’hypocrisie qu’il est impossible de ne pas stigmatiser. Ainsi, on reproche souvent à la presse privée de ne pas assez ou pas du tout faire son travail, de pas assez ou pas du tout informer le public sur des questions d’intérêt général. Et lorsque des journaux, tenant compte de ces reproches, font leur boulot, vont chercher l’information, fouillent, se documentent, recoupent leurs sources et publient un produit d’utilité publique complet, que se passe-t-il ? On accuse ces titres-là d’acharnement, de manœuvres obscures et de volonté délibérée de nuire. Exactement les mêmes arguments et communiqués que les ministères et les institutions officielles du pays brandissent invariablement, sans en changer une seule virgule depuis 1962. A chaque fois qu’un organisme en charge d’un secteur est surpris en flagrant délit d’absence de vigilance dans ses actes de gestion quotidienne, on peut être sûr qu’il sortira de son chapeau magique la tirade du “complot malsain et malveillant”. Sauf que, dans l’affaire du lait Pregestimil précisément, on ne peut pas prendre l’opinion publique pour un ramassis de débiles profonds à qui l’on peut faire avaler n’importe quoi. Pour plusieurs raisons. D’abord, un rappel : avant que Le Soir d’Algérie ne rende public le scandale de ces lots dangereux de Pregestimil, qui en avait parlé publiquement ? Personne ! Aujourd’hui, c'est-à-dire plus d’une semaine après le cri d’alarme lancé par notre journal, le ministère rédige un communiqué dans lequel il affirme avoir envoyé des directives précises aux DSP et aux officines pour le retrait, et cela dès le 12 décembre. Nom de dieu ! Mais si un lait dangereux est en circulation un peu partout à travers le pays, il aurait fallu balancer dans les médias lourds, télé et radio, des communiqués sonnant l’alerte et avertissant les mamans et les papas du danger à acheter cette préparation. Et non pas venir 8 jours après s’enorgueillir d’avoir pondu hyper-discrètement une note que des pédiatres de CHU et des patrons d’officine pharmaceutique affirment n’avoir jamais reçue en date du 12 décembre. Pourtant, dans ce pays, j’ai souvenance que dans un passé tout de même un peu plus glorieux de notre système de santé, dès qu’une épidémie pointait son vilain museau, des spots télé et radio étaient immédiatement diffusés. Bien ou mal faits, ces messages d’alerte avaient au moins un mérite, celui d’exister et de prouver, même maladroitement, que nos responsables de l’époque se préoccupaient encore un peu de notre santé. J’aurais ainsi voulu d’abord entendre et voir les communiqués du ministre de la Santé dès le 12 décembre sur tous nos écrans et toutes nos ondes, dans tous nos journaux publics et privés et sur tous nos murs, ceux des villes et des campagnes. Avant qu’un journal, le nôtre, n’en fasse sa une. C’est cela la mission d’utilité publique. Celle dont s’est rendu “coupable” Le Soir. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3618

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site