Jeudi 06 Janvier 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Edition du jour
 
Kabylie Story
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 


LOGEMENTS EN LOCATION-VENTE
AADL : l’attente !
Dossier réalisé par F. Z. B.

Annoncée en grande pompe au cours de l’année 2001, la formule location-vente a suscité l’engouement de millions d’Algériens soucieux de venir à bout du problème de logement devenu un véritable fléau national et d’accéder à la propriété. A ce jour, cependant, et quatre ans après, seulement une partie du programme dit de 2001 a été livrée. Le manque d’information qui n’arrange en rien les choses inquiète les bénéficiaires et suscite le doute chez les postulants à cette formule d’acquisition de logement. Suite...


ORAN
Aménagement du quartier d’El-Hamri

La première phase d’étude du POS Plan d’occupation du sol) d’El-Hamri, élaborée par URBOR, a été présentée mercredi dernier au siège de l’APC d’Oran, en présence des élus de la commune, des urbanistes et du mouvement associatif. Suite...


GL1K - SKIKDA
Fin de contrat pour 500 employés temporaires

Près de 500 employés temporaires travaillant à la GL1K, une entreprise de liquéfaction du gaz naturel implantée au niveau de la plate-forme pétrochimique, ont été touchés par une opération de compression ou de rupture de contrat, “décidée” à la fin de l’année 2004. Des temporaires, occupant parfois des postes organiques, qui comptabilisent une moyenne de dix années d’expérience (il y en a qui ont même ... 30 ans de service, selon des sources concordantes), se sont vu “mettre à la porte”, définitivement pour quelques-uns. Suite...


Akbou, la plume de Taos
Par Arezki Metref

Traverser la forêt de Yakouren en écoutant Radio Soummam émettant à partir de Vgayet, c’est parcourir un trait d’union. Point de singes sautillant dans les arbres. Nos ancêtres se terrent quelque part, en attendant que la tempête passe. Trop froid pour s’amuser à faire des grimaces en se balançant aux branches. Si Marzouk s’est résolu à emprunter cette route pour rallier l’autre versant du Djurdjura, c’est parce que tous les cols sont fermés. Mais est-ce vraiment mieux ? Le pare-brise est de plus en plus obstrué. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site