Samedi 05 Février 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

DE LA THEORIE DE LA PASSERELLE ET DU COMPLOT PERMANENT !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

“Semaine chargée pour Boutef’. Il préside aujourd’hui une réunion de la direction du FLN. Demain, il présidera les travaux du conseil national du RND. Après-demain, il présidera la 36e tentative pour déséchouer Le Batna . Et s’il a le temps, jeudi, il jettera un coup d’œil sur l’épineux dossier du limogeage de Noureddine Saâdi par l’USMA.”

S’il a le temps !

Demander de manière bruyante, massive et désespérée une passerelle, peut-il mettre en danger les équilibres et l’unité qui régissent la République ? Les habitants du quartier Les Bananiers, qui sont sortis ce week-end crier leur ras-le-bol devant l’absence meurtrière d’une passerelle piétonne au-dessus de la parcelle d’autoroute qui longe leur cité en banlieue d’Alger, peuvent-ils être sérieusement soupçonnés d’être à la solde d’une puissance occulte, d’une obscure main de l’étranger ou d’un non moins obscur travail de coulisse de la mafia politico-financière ? Y avait-il ces dernières 48 heures dans les rangs de ces manifestants des éléments de la loge P2 parachutés de nuit sur Cap-Sigli et ayant dans la poche un ordre de mission pouvant se résumer à ceci : foutre le bazar en Algérie ? Informer le pouvoir que, depuis 1999, l’absence de passerelle en ce lieu précis a tué 23 habitants du quartier peut-il constituer un acte de trahison, une conduite antinationale et une volonté manifeste de "semer les graines de la fitna sur le sol de cette belle Algérie, une terre arrosée du sang d’un million et demi de martyrs" ? Etrange tout de même comme la gestion des tensions sociales et des conflits par la théorie du complot international et des forces qui nous veulent du mal coïncide en ce moment avec le retour en force d’un FLN, mouture pré-1988. Un parti Etat qui tondait systématiquement, brutalement et sans problème de conscience les brins de gazon qui dépassaient de "son" grand jardin, l’Algérie. Tout ce qui n’entrait pas dans le moule était suspect, dangereux et à éliminer. Ce FLN-là semble aujourd’hui tenir sa "vengeance" sur les enfants d’Octobre, ceux qui l’avaient sorti, Stan Smith en main, de son blindage historique, de sa citadelle façonnée au mortier de la légitimité. Il est encore plus étrange de constater, de manière ahurie en ce qui me concerne, que c’est presque au lendemain du fameux jour où Abdekka avait lancé dans le vide sidéral du congrès de l’ONM "la légitimité historique, c’est terminé !" que le FLN des années de la légitimité de plomb revient en force. Et que Boutef’ en accepte la présidence. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue. H. L.

Nombre de lecture : 3781

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site