Samedi 12 Février 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Le Soir Sat
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 


APRÈS CINQ MOIS D'ATTENTE
Le “Batna” déséchoué

Le Batna est au large. Il a pu être enfin déséchoué. Depuis hier, ce navire se trouve à près de 60 mètres du port. Echoué depuis l’Aïd el-Fitr, soit le 13 novembre dernier, sur la plage les Sablettes, ce navire a pu être dégagé et tiré vers le large après que cette mission eut été confiée à l’entreprise espagnole Tecnosub, leader dans le domaine de gestion des catastrophes maritimes. Une tâche qui semblait difficile après l’immersion du navire avec ses 25 000 tonnes. Suite...


ALLIANCE PRÉSIDENTIELLE
Les exigences d’Aboudjerra Soltani

A quelques jours seulement du premier anniversaire de l’alliance présidentielle, Aboudjerra Soltani, président du Mouvement de la société pour la paix et l’un des signataires du pacte, réclame “plus de transparence et une équité dans les chances” étant donné la nouvelle donne : la réunification du FLN et la nomination de Abdelaziz Bouteflika président d’honneur du vieux parti. Suite...


DISSIDENCE AU MRN
La parade de Abdallah Djaballah

Abdallah Djaballah a réuni les cadres de son parti El-Islah pour un conclave de deux jours, jeudi et vendredi derniers à Zeralda. Officiellement, pour un séminaire sur “l’expérience démocratique en Algérie : défis et perspectives”. Réellement pour anticiper et éviter de revivre le scénario de 1998 lorsque le pouvoir l’a dessaisi de son ex-parti Ennahda, “satellisé” depuis. Il faut dire que le jour même de cette rencontre, le groupe des dissidents emmenés par l’ex-président du Madjliss Echoura (I’équivalent du conseil national chez les partis islamistes) organisait, lui, une rencontre à Annaba. Suite...


LES COLONNES DU SAMEDI
Par Nacer Belhadjoudja Nacer@ hotmail.com
Réveillez-vous !

La sinistrose a-t-elle gagné nos âmes au point où, inquiets pour nous, certains ne cessent de nous lancer des invitations à respirer à pleins poumons l’air du présent ? Ils trouvent qu’on ne positive pas assez. Qu’on a tendance à trop détourner le regard des bonnes choses qui nous entourent. Et que notre horloge est restée bloquée sur un temps pourtant définitivement révolu. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site