Mercredi 27 Avril 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

PARIS, RIVE GAUCHE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Le maire de Paris est catégorique: «Benchicou sera libre en 2012.»

Merci, Bertrand !

Moi, Delanoë, maire de Paris, c’est un personnage que j’aime bien. D’autant plus qu’il y a plus d’un mois, une chaîne de télévision française avait diffusé un sujet fort intéressant sur cet homme politique hors-normes. Je lui avais trouvé des côtés sympas, notamment cette sacro-sainte habitude de se lever aux aurores, d’aller acheter — et je dis bien acheter — ses journaux chez le marchand du quartier et de s’envoyer ensuite un petit noir au café du coin. Autre habitude dont beaucoup de nos responsables devraient un peu s’inspirer — rien qu’un peu — c’est le fait d’arriver le premier au bureau. Il est comme ça, le Bertrand ! Avant l’ensemble de ses collaborateurs, il est déjà derrière une pile de dossiers, à affiner un discours, à tailler dans un paragraphe, à jauger de l’effet d’une phrase et à préparer ses rendez-vous de la journée . Et puis, dernier aspect d’un caractère décidément bien trempé, le maire de Paris n’est pas un adepte de la langue de bois. Tout au long du reportage, je l’ai entendu dire les choses sans ambages, parfois même de manière brutale. C’est pour toutes ces raisons que j’ai été tout de même un peu déçu lorsqu’il a répondu à ma collègue Saïda qui lui demandait une réaction sur le maintien de Mohamed Benchicou en prison : «Vous savez, je suis à Alger en tant que maire de Paris, à l’invitation du préfet d’Alger. Et l’Algérie est un pays souverain.» Du coup, je ne reconnaissais plus mon petit Bertrand ! Où était donc passé le personnage fougueux du reportage? Dans quelle consigne de l’aéroport Houari-Boumediene avait-il laissé son franc-parler et son engagement pour les libertés ? Plus décevant encore, je ne comprenais pas comment un homme de droite comme Chirac inscrivait en bonne position la question sur le sort d’intellectuels chinois emprisonnés lors de son tête-à-tête avec son homologue chinois, alors qu’un homme de gauche comme Delanoë esquivait d’un joli et gracieux pas de danse toute allusion à Mohamed. Peut-être y avait-il des sujets moins sensibles, moins embarrassants, moins casse c… que le sort d’un plumitif algérien en détention. Il fait beau à Alger en ce moment. Un avant-goût de ce que sera l’été. Et se promenant dans nos rues baignées de soleil, entre deux séances de dédicace, on peut, tout à fait par hasard bien sûr, tomber nez à nez avec un membre du Comité olympique international, lui aussi en promenade champêtre dans Alger la blanche. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3586

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site