Jeudi 19 Mai 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

MERCI !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Je ne vous souhaite pas de rejoindre Benchicou, mais si
leurs geôles sont les seuls endroits de conclave de l’intelligence,
alors regagnons nos cellules en hommes libres.»

Nabil, un pote !

Ah ! Ma feuille ! Ta blancheur, aujourd’hui m’enivre. Je constate qu’elle m’attire un peu plus ce matin. Une attirance furieuse. Plus qu’hier, et sûrement moins que demain, je ne rêve en ce moment que de te noircir, de gribouiller ta candide blancheur. Va savoir pourquoi une telle montée de désir. Qu’est-ce qui fait qu’un mec qui noircit des pages depuis des lustres éprouve aujourd’hui plus de plaisir qu’avant à le faire, à faire la seule chose qu’il sache plus ou moins faire, tenter de dérider, d’apaiser les douleurs par le rire ? Je n’en sais fichtrement rien ! Par contre, ce que je sais, c’est qu’une purée de pêche d’enfer m’habite depuis mardi dernier. J’ai beau me demander perplexe pourquoi ce regain de forme et surtout pourquoi spécialement depuis ce mardi, je ne trouve pas de réponse probante. J’ai même essayé de me souvenir de ce que j’avais mangé ce jour-là. Quel plat pouvait provoquer une telle euphorie ? N’ayant mangé que des trucs que me permettaient ma bourse et une mercuriale en folie, j’ai finalement renoncé à trouver une explication à ma forme actuelle dans mon régime gastronomique. Mais alors pourquoi cette envie soudainement boostée d’aligner en rangs encore plus serrés mes gentillesses sur la belle, tendre et appétissante feuille blanche ? Comme je n’avais pas non plus envie de gaspiller ma toute nouvelle énergie à me demander comment et pourquoi j’étais aussi en forme, j’ai finalement décidé de prendre la chose comme elle venait. Sans trop chercher comment ni pourquoi. Depuis mardi, j’ai la forme, je suis en rut. Sans raison particulière. Mais vous faut-il vraiment une raison particulière à vous qui m’avez écrit nombreux et qui vous inquiétiez de savoir si en page 24 du Soir ça allait continuer à déménager un max ? Non, bien évidemment ! Ah ! Ma feuille ! Ta blancheur, ce jour, me rend encore plus fou que la veille. Dans ma folie, je n’oublie pas de remercier les généreux inconnus qui, depuis mardi dernier, m’ont encore plus poussé à fumer du thé pour rester éveillé, car le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3904

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site