Jeudi 02 Juin 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 


AGENCE FONCIÈRE DE BLIDA
Révélations sur l’enquête du ministère de l’Intérieur

L’enquête menée tout dernièrement par une commission du ministère de l’Intérieur au niveau de l’agence foncière de Blida a révélé, croit-on savoir d’une source généralement bien informée, qu’une autre affaire liée au foncier agricole risque d’exploser dans les prochains jours. On apprendra, en effet, que cette agence avait acheté chez un particulier un terrain de deux hectares pour le prix de 13 milliards de centimes. Néanmoins, ce prix d’achat, considéré comme très coûteux, laisserait supposer des manœuvres douteuses quant à l’opération d’achat. Suite...


NOUVEAU PLAN DE CIRCULATION A ALGER
C’est parti !

Alger a vécu hier une journée particulière avec l’application de la nouvelle organisation de la circulation.
F. Zohra B. - Alger (Le Soir) - Le nouveau plan de circulation pour la capitale est entré en vigueur hier mercredi, jour de semaine où la circulation est particulièrement dense. Les chutes de pluie n’ont pas arrangé les choses puisque des bouchons se sont formés au niveau des habituels points noirs comme cela est le cas pour le boulevard Bougara et la place du 1er-Mai.
Suite...


8 MAI 1945 EN ALGÉRIE
Le consul de France à Istanbul fait interdire un documentaire turc sur le massacre

De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
Attila Hakan Ganimgil est un réalisateur turc de renom. A Istanbul, lundi dernier, il devait présenter un film-documentaire de 120 mn sur le “8 Mai 1945 en Algérie”. Le travail, colossal, très documenté et sourcé à l’extrême, a nécessité 6 mois d’inlassables efforts, des recoupements, une récolte de témoignages d’acteurs et des récits d’historiens et de témoins. Attila Hakan, professionnel, n’a pas voulu pourtant verser dans le sensationnel ou la provocation. Il voulait, tout simplement, apporter un éclairage pour les Turcs et pour l’ensemble des Européens sur l’un des épisodes les plus sombres de l’histoire coloniale française en Algérie. Cette œuvre de la mémoire a, pourtant, été combattue avec véhémence et par l’utilisation de procédés indignes d’un Etat (la France) de droit.
Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site