Lundi 13 Juin 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

MÊME LES TANGOS ONT DU CŒUR !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Pourtant, les autorités algériennes savent depuis une
année exactement et avec précision où est retenu
Mohamed. Pourquoi ne font-elles rien pour le libérer ?»

Incompréhensible

157 jours ! Tu t’imagines ? Pas un ou deux jours. Pas une semaine. Pas un mois. Mais 157 jours. En plus, elle et son guide n’étaient pas aux mains d’enfants de cœur. Moi, quand j’ai vu la vidéo où elle apparaissait amaigrie, les traits tirés, le cheveu aussi sec que la gorge était nouée, j’ai eu peur. J’ai aussitôt revu les autres vidéos, celles des exécutions avec les suppliciés habillés de cet orange sadiquement calqué par les preneurs d’otages sur la tenue imposée par les Américains aux prisonniers de Guantanamo. 157 jours ! Ghir el foum elli igoulha. En prononçant comme ça ce chiffre avec la bouche, ça semble une bagatelle, une broutille. Mais 157 jours ! C’est tout bête de s’en rendre compte seulement aujourd’hui, mais elle et son guide avaient été enlevés en janvier. Nom d’une pipe, comme ça fait déjà loin. 157 jours durant les quels la diplomatie de la 4e puissance mondiale a travaillé sans relâche à établir des contacts sérieux et permanents. 157 jours durant lesquels la DGSE, le DRS dialhoum, a lâché ses agents sur le terrain irakien, a réactivé d’anciens réseaux, a payé des informateurs, a remué ciel et terre irakiens juste pour la localiser, elle et son accompagnateur.157 jours et deux ministres des Affaires étrangères et deux Premiers ministres pour en arriver là, elle débarquant d’un avion sur le tarmac de Villacoublay, l’œil vif, le cheveu moins sec et le sourire enfin remis en selle au coin de la bouche. 157 jours de rassemblements, d’interviews de sa maman, de son papa, de sa frangine et de ses collègues aux aguets de la moindre information officielle ou semi-officielle. Et puis, t’as vu ? C’est leur président en personne qui s’est adressé à la nation pour dire combien il était heureux de la voir libre, elle et son guide. Pas égoïste pour un sou, le même président a tenu aussi à dire combien son pays était inquiet du sort des autres journalistes dans le monde. Parce que, a-t-il ajouté, sans les journalistes, le monde ne saurait pas. 157 jours ! Et finalement, les tangos qui la détenaient elle et son accompagnateur les ont relâchés. Purée ! Les tangos auraient-ils du cœur ? Peut-être y aura-t-il débat dans les prochains jours pour savoir si une rançon a été payée ou non aux ravisseurs. Mais, très franchement, ce n’est pas le sujet du jour. Le sujet du jour, c’est de se dire qu’une journaliste qui passe 157 jours en détention, c’est inhumain, c’est terrible, c’est affreux. Que dire alors d’un journaliste qui a déjà passé 357 jours aux mains de ses ravisseurs ? Je fume du thé et je reste éveillé, car, pour nous, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3443

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site