Mercredi 27 Juillet 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Essoumaâ !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Transferts de fonds. Muté en Kabylie, un chauffeur de fourgon
blindé se …»

…suicide

Stop ! Il faut qu’on m’explique : des gens, dont c’est tout à fait le droit du reste, n’ont pas arrêté de nous expliquer ces dernières années que l’Algérie, depuis le 16 avril 1999 à l’aube, dès l’apparition du premier rayon de soleil, a subitement et farouchement retrouvé sa «soumaâ» au plan international, sa crédibilité et sa place dans le concert des nations. Aujourd’hui, les mêmes gens s’insurgent du fait que le rapt de deux diplomates algériens en Irak ne soit pas médiatiquement traité comme il se doit ou soit juste balbutié en entrefilets dans les journaux, radios et télévisions du monde. Faudrait savoir, les amis ! Soit nous avons recouvré notre aura d’antan et auquel cas, nous n’avons même pas besoin de rappeler à l’opinion internationale que deux de nos diplomates sont entre les mains de Zarkaoui. Soit, dans l’échelle des faits d’actualité, nous n’avons pas su faire, hélas, de telle sorte que cette dramatique prise d’otages soit en prime time de l’actualité mondiale. Et qu’on ne vienne surtout pas me dire que l’Algérie préfère travailler dans la discrétion. Lorsque la discrétion prend les traits d’un mutisme stupéfiant de la cellule de crise, il y a de quoi se demander si l’on a bien tiré les leçons des précédentes prises d’otages et de la nécessité de faire campagne active autour de ce double rapt. Bon Dieu ! Je ne peux m’expliquer que pour un obscur forum sur «les mécanismes endogènes à mettre en œuvre d’ici 2008 pour harmoniser la coordination entre pays du Nepad», des avions s’affrètent en deux temps trois mouvements, que pour recevoir le «sous-sous-sous-en-dessous secrétaire adjoint américain chargé de la réforme des autoroutes et bretelles de voies express», on mobilise tout Alger, on bloque tous les carrefours de la capitale et on en ponde une news de 12 minutes au 20 heures de l’Unique, alors que, pour le sort de deux des nôtres, l’on ne soit même pas capable de placarder leurs deux portraits géants sur le fronton de l’Assemblée ou du Sénat ou plus simplement que l’on autorise des gens à manifester en faveur de la libération des deux diplomates sans invoquer les restrictions au droit de se regrouper à plus de trois personnes dans la capitale. Il y a comme ça des énigmes, des inexpliqués, des blancs… M’enfin ! Restons, bien sûr, sur l’essentiel aujourd’hui : aura internationale ou pas, «soumaâ» retrouvée ou pas, accrochons- nous à l’espoir de revoir parmi nous nos deux diplomates. Et fumons du thé pour rester éveillés, le cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3326

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site