Mardi 29 Novembre 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
Le Soir Multimédia
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : SOLIDARITÉ AVEC LE SG DU SYNDICAT DES DOUANES
12 000 travailleurs en grève aujourd’hui


Une journée de protestation sera observée aujourd’hui par les 12 000 travailleurs de la zone portuaire d’Alger, en guise de dénonciation de la mesure de suspension de ses fonctions prise par la Direction générale des douanes à l’encontre d’Ahmed Badaoui, secrétaire général du Syndicat national des douanes. Cette journée, qui sera suivie par l’ensemble des travailleurs exerçant au niveau de la zone portuaire d’Alger, a été décidée avant-hier lors d’une réunion qui a eu lieu au niveau du siège du syndicat du port d’Alger.
Elle intervient également à quelques jours de la tenue d’une journée de protestation prévue pour le 5 décembre prochain à l’appel de la coordination syndicale pour “exiger des pouvoirs publics la prise en charge des revendications des travailleurs des entreprises concernées”. Cela étant, cette mesure de suspension qui “s’inscrit à contre-courant et en violation des lois de la Républiques à travers la loi 90/14” a été “fortement condamnée par le secrétaire général de l’UGTA”. En effet, lors d’une entrevue qu’il a eue avant-hier avec des syndicalistes de la zone portuaire de la wilaya d’Alger, Abdelmadjid Sidi Saïd n’a pas été par trente-six chemins “pour qualifier cette mesure de grave prise à l’encontre d’un membre de la Commission exécutive nationale (CEN)”. Ces informations ont été rendues publiques hier à l’occasion du Forum syndical organisé par le quotidien Alger Républicain au siège de sa rédaction. En cette occasion, les membres de la coordination syndicale ont longuement commenté la démarche entreprise jusque-là tout en rappelant “qu’il n’est nullement question de remettre en cause (notre) appartenance à l’UGTA ou encore porter à l’unité syndicale”. “Notre démarche a pour principal objectif de débattre des questions socioprofessionnelles dans un contexte socioéconomique nouveau. Comme nous n’avons aucune prétention pour le onzième congrès de l’UGTA ou encore briguer des postes de responsabilité. C’est parce que l’espace organique d’expression est inexistant au niveau de la wilaya d’Alger que nous nous retrouvons au sein de cette coordination pour débattre des idées qui intéressent le monde du travail et des travailleurs. A notre grande surprise, l’administration des douanes, à sa tête le directeur général avec la complicité de deux membres de la direction nationale de l’UGTA, a décidé et soutenu ma suspension. Aujourd’hui, nous disons, à la veille de la célébration du 50e anniversaire de la création de l’UGTA, barakat. Il faut que l’espace d’expression des travailleurs qui est l’UGTA doit revenir aux travailleurs”, a conclu M. Amar Debiane, un syndicaliste docker et membre de la CEN.
Abder Bettache
youcefabder@hotmail.com

Nombre de lectures : 429

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site