Mardi 29 Novembre 2005
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
Le Soir Multimédia
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : RENCONTRE OUYAHIA - SIDI SAID
Vers l’augmentation du Smig ?


Une réunion au sommet se tiendra au courant de la semaine prochaine entre le secrétaire général de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, et le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, a-t-on appris hier en marge de la réunion du secrétariat national de l’UGTA. Une réunion qui a duré plus de quatre heures et lors de laquelle les locataires de la Maison du peuple ont passé en revue les principales questions inscrites à l’ordre du jour dont notamment l’évaluation des travaux du groupe de travail surtout ceux relatifs au 87 bis et au statut de la Fonction publique.
Il était également question lors de cette rencontre de débattre des prochains rendez-vous de l’UGTA avec ses différents partenaires dont le gouvernement. Les questions organiques ont été également inscrites à l’ordre du jour de cette réunion en l’occurrence la convocation de la prochaine réunion de la commission exécutive nationale (CEN). La tenue prochaine de cette structure organique est perçue comme très importante dans le cas où c’est à elle de fixer la date du prochain congrès de l’organisation. Selon des indiscrétions, le cas de suspension du secrétaire général du syndicat des douanes de ses fonctions en sa qualité de fonctionnaire du secteur des douanes a été aussi évoqué, d’où le renouvellement de la condamnation de cette mesure de suspension prise à l’encontre de ce responsable. Estimant que cette mesure s’inscrit à contre-courant et en violation de l’article 90/14 du code du travail, des membres de la direction nationale de l’UGTA ont eux aussi condamné cette mesure estimant que “le directeur général des douanes devait en premier informer l’instance dirigeante de l’organisation de la mesure qu’il allait prendre d’autant plus que le syndicaliste concerné est membre de la direction nationale de l’UGTA”. En effet, les article 53 et 54 de la loi n° 90 - 14 du 2 juin 1990 relative aux modalités d’exercice du droit syndical stipulent respectivement “qu’aucun délégué syndical ne peut faire l’objet, de la part de son employeur, d’un licenciement, d’une mutation ou d’une sanction disciplinaire, de quelque nature que ce soit, du fait de ses activités syndicales. Les fautes de caractère strictement syndical sont de la compétence exclusive des organisations syndicales (…) en cas de manquement par un délégué syndical aux dispositions de l’article 52 ci-dessus, une procédure disciplinaire peut être engagée à son encontre par son employeur, l’organisation syndicale concernée préalablement informée”. Ceci dit, la rencontre au sommet qui devait réunir le secrétaire général de l’UGTA et le premier responsable de l’exécutif portera, selon des indiscrétions, sur les perspectives de “coopération” entre les deux parties. Selon les mêmes sources, Sidi Saïd et Ahmed Ouyahia tenteront de débloquer la situation que connaissent les groupes de travail, notamment ceux en charge des dossiers de la Fonction publique et du 87 bis relatif au SNMG. Il est fort probable que les deux responsables arrêteront le principe de la tenue d’une tripartite et ce, “même si les questions considérées comme importantes pour les deux parties n’ont pas été assainies”. A ce propos, les observateurs de la question sociale avancent l’idée selon laquelle le secrétaire général plaidera auprès du chef du gouvernement de la nécessité d’une révision ne serait-ce que minime du prélèvement du SNMG, abstraction faite de la question du 87 bis “qui reste une question en charge des groupes de travail des trois partenaires, en l’occurrence l’UGTA, le patronat et le gouvernement”. Cette demande, que pourrait éventuellement évoquer Abdelmadjid Sidi Saïd avec Ahmed Ouyahia, est confortée par la dernière sortie médiatique de l’institution monétaire internationale, le FMI. Pour rappel, dans une lettre adressée par le FMI au secrétaire général de l’UGTA, cette institution mondiale des finances a conforté la revendication de la Centrale syndicale pour la révision des salaires des travailleurs, puisque la situation économique du pays est solvable.
A. B.
youcefabder@hotmail.com

Nombre de lectures : 424

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site