Dimanche 26 Mars 2006
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Santé
Monde
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

LE TEMPS DES MUSELIERES !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Son congrès devrait se tenir dans les tout prochains jours.»

L’ONET, l’Organisation des enfants de terroristes

Il faut toujours retenir les leçons que nous assène l’actualité immédiate. Il faut surtout les capitaliser pour tenter d’anticiper un petit chouïa. Ainsi, qui aurait dit en février 1999 que des terroristes ayant commis des meurtres individuels et collectifs, les ayant revendiqués et les assumant ensuite publiquement dans des interviews se verraient relâchés, amnistiés, grassement indemnisés et pour la plupart réintégrés au forceps de la clinique Ould Abbès dans la société ? Quelques rares qui, à l’époque déjà du forum de Crans Montana, avaient décelé les odeurs de "aânbar" dans le discours de Abdekka. C’est pour cela qu’aujourd’hui, pour ne pas être à la traîne, faisons un peu de projection. Maâlich si les gens nous accusent, comme en 1999, de fantasmer sur un chaos futur et de grossir les penchants hégémoniques de l’homme qui les avait charmés parce que s’exprimant en français, comme si le fait de s’exprimer en français était un gage de modernité et de lutte ferme contre l’intégrisme et l’islamisme rampant. Dans cette optique, je prends le pari et donc le risque d’affirmer, face à ma boule de faux cristal, que dans quelque temps un officiel, un dirigeant, peut-être pas Ouyahia au demeurant, organisera une conférence de presse dans laquelle il signifiera clairement aux familles victimes du terrorisme l’interdiction formelle pour elles de donner des interviews, de prendre la parole en public, d’adresser des lettres ouvertes ou tout simplement de faire de la politique. Je crains le jour où des poêles du régime s’offusqueront du fait que Leïla Aslaoui puisse évoquer dans une tribune libre le souvenir poignant de son époux. Je crains qu’un jour proche, les parents des cinq enfants assassinés sous la Résidence Djenane El Mithak ne puissent plus évoquer publiquement le souvenir déchirant de leurs anges. Je crains le jour proche où la fille de Hafidh Senhadri devra raser les murs de l’Institut d’interprétariat. Je crains le jour proche où le nom des Asselah sera interdit de prononciation dans l’enceinte de l’Ecole des beaux-arts. C’est cela anticiper. Ce n’est pas se contenter comme aujourd’hui de constater béatement que le régime interdit aux tangos libérés de s’exprimer. C’est plutôt de prévoir dès à présent que ce même régime va priver de parole les victimes du terrorisme. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4147

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site