Mardi 30 Mai 2006
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
Le HIC
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

A BAS LES TABOUS !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

« Ce jeudi, Abdekka donne le coup d’envoi de la grande foire
d’Alger. »

Pourquoi ? Il ne l’avait pas déjà donné en 1999 ?

Je suis déçu ! Avec la nomination de Belkhadem au poste de coordinateur gouvernemental, je pensais que nous étions enfin entrés dans une ère d’initiatives fortes, d’audace et de marche résolue vers un projet de société enfin clair et clarifié. Mais ne voilà t-il pas que j’entends et lis ici et là que l’on s’acheminerait vers le remplacement de Ouyahia à la tête du RND par Bensalah. M’enfin ! Qu’est-ce que ce classicisme ? Qu’est-ce que ce conformisme ? Qu’est-ce que cet assagissement ? Pourtant, nous étions allègrement engagés sur une pente raide et rapide menant tout droit vers la rupture. Comment peut-on faire marche arrière lorsqu’on est lancé à toute vitesse ? Il ne manque pourtant pas d’hommes et de femmes pour reprendre en main le RND, le parti des patriotes et des groupes d’autodéfense. Ce qu’il faut, c’est un battant, un combattant, un valeureux combattant. Je n’arrive pas à m’expliquer que l’on n’ait pas pensé à des profils comme celui de Madani Mezrag. Cette omission est grave et inexplicable ! Le personnage a été un acteur à temps plein de la deuxième guerre d’Algérie, conflit dont le score officiel est « ni vainqueur ni vaincu ». Le personnage n’est pas seulement quelqu’un qui sait manier les armes ramassées sur les corps agonisants des jeunes soldats. Depuis l’interview qu’il a accordée à Jeune Afrique, nous savons qu’il a également un point de vue sur la loi portant hydrocarbures, sur la gestion de la dette, sur l’éducation ou encore sur le profil de l’entraîneur de l’équipe nationale de football. Et il doit avoir un tas d’autres qualités cachées. A nous de les découvrir dans le feu de l’action ! Comme nous nous devons de découvrir celles de ces autres compagnons de combat valeureux. Pourquoi se priver ainsi des compétences d’un Benmokhtar à la tête des douanes ? Qui mieux que lui pour affirmer l’autorité de l’Algérie sur ses frontières, surtout celles du Sud ? Pourquoi se priver de l’apport d’un Layada, d’un Benhadj ou d’un Abassi ? Ne nous bridons pas. Ne freinons pas l’immense, la belle et l’exaltante dynamique qui a amené Belkhadem à la vice-présidence du pays. A bas les tabous ! Et vive le thé qu’il nous faut fumer pour rester éveillés, car le cauchemar continue.

H.L

Nombre de lecture : 3743

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site