Dimanche 11 Juin 2006
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Mondial
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Edition du jour
Le HIC
 
Le Soir Santé
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

DUR EN AMITIE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Relookez votre portable. Téléchargez notre toute nouvelle
sonnerie intitulée «Les derniers râles de Zarqaoui»

Elle est d’enfer !

Qu’est-ce qu’il est dur en amitié le Premier minist… heu… je veux dire le coordinateur de l’équipe gouvernementale. Zizou est vraiment implacable avec ses amis les plus proches. Il n’a pas hésité à désavouer son pote Saïdani en public : «Non ! Les propos de Si Amar sur le pouvoir occulte n’engagent que lui. Je ne les approuve pas ! » C’est le président de l’APN qui a dû broyer du noir lui qui pensait sûrement qu’en se permettant de porter des lunettes solaires en pleine conférence de presse du FLN, à portée d’haleine de Belkhadem, il était enfin parvenu en haut de l’affiche et pouvait, dès lors, s’en prendre au cabinet noir et au pouvoir occulte. Entre le pouvoir occulte et son amitié pour Amar Ray Ban, Belkhadem a choisi le pouvoir occulte. En homme de l’ombre, en adepte du parler à l’oreille, il sait où et comment placer son amitié nette d’impôt et à taux rémunérateur hyper-intéressant. Même chose pour Ali Benhadj. Oubliés l’amitié et le respect dus aux deux vénérables chefs du FIS. Oubliées les louanges à Alilou, cet homme représentatif des couches populaires du pays. Oublié également le droit du détenu à refaire surface, à recouvrer tous ses droits et à faire de la politique. Abdelaziz II en a même oublié les règles fondamentales de l’hospitalité à l’algérienne. On ne laisse pas dehors, sur le trottoir, quelqu’un venu frapper à votre porte, surtout lorsqu’il s’agit d’un ancien allié, d’un cosignataire d’accords romains. Mais que voulez-vous, Zizou a très vite compris la leçon. A ce niveau-là de perfidie politique, il n’y a plus d’amitié qui tienne. D’ailleurs, le dicton impopulaire ne dit-il pas que «celui qui a donné sa langue fourchue au chat persan une fois, la donnera tout le temps» ? Que les amis de Belkhadem ou ceux qui pensent encore l’être méditent ce dicton, tout en fumant du thé pour rester éveillés, leur cauchemar continue.

H. L.

Nombre de lecture : 3578

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site