Actualités : CONFERENCE DE PRESSE DE Me HOCINE ZEHOUANE,PRESIDENT DE LA LADDH ET ANIMATEUR DU COMITE POUR LA CELEBRATION DU CINQUANTENAIRE DU CONGRES DE LA SOUMMAM
“Pour la refondation constitutionnelle et contre la célébration-profanation de l’acte fondateur


Un demi-siècle s’est écoulé depuis la date du 20 août 1956 lorsque dans des conditions de guerre et de résistance hors du commun renaissait l’Etat algérien dans ses prémices modernes ouvertes sur des perspectives et des espérances démocratiques à travers les assises du congrès de la Soummam. Le 20 août 2006, l’Algérie célébrera le cinquantenaire de cet événement historique qui a doté la résistance algérienne d’un véritable rempart sur lequel se sont brisés tous les assauts et toutes les tentatives de division de la puissance coloniale. 50 années se sont écoulées depuis cette date représentant un haut symbole dans l’histoire du pays, plusieurs activités sont d’ores et déjà annoncées pour commémorer ce cinquantenaire.
A. Kersani - Béjaïa (Le Soir) - Pour sortir du ronron habituel des célébrations des dates historiques, à l’initiative d’anciens résistants, des animateurs du mouvement associatif et de la société civile s’est constitué un comité du cinquantenaire du congrès de la Soummam sous le parrainage symbolique de la veuve de Abane Ramdane, le génie constructeur de l’acte fondateur de l’Etat algérien. Lors d’un point de presse animé hier à Béjaïa, Me Hocine Zehouane, président de LADDH et l’un des principaux animateurs du comité préparatoire du comité est longuement revenu sur les objectifs d’une telle initiative. “Une initiative citoyenne à même d’assurer une célébration digne et forte de l’événement et faire saisir aux nouvelles générations le véritable message de la charte de la Soummam, dégager les éclairages nécessaires sur ce rendez-vous historique ayant réussi à réunir et intégrer les différentes tendances de l’époque autour du seul objectif de libération du pays du joug colonial et construire un Etat démocratique et social”, explique Me Hocine Zehouane. A travers ce cinquantenaire du congrès de la Soummam, les organisateurs entendent rendre “un hommage particulier aux héros et artisans de cette œuvre magistrale que fut la Charte de la Soummam et réhabiliter toutes ces figures qui ont scellé la marque de cet acte fondateur de l’Etat algérien”, soutient encore le président de la LADDH, Me Hocine Zehouane tout en souhaitant que la célébration du cinquantenaire de ce grand repère dans l’histoire de la résistance algérienne ne sera pas “pratiquement et médiatiquement estompé par la conjoncture tragique créée par le déchaînement de la fureur israéloaméricaine contre les peuples libanais et palestinien”. Parlant de la célébration du 50e anniversaire du congrès de la Soummam, le militant des droits de l’homme a déclaré que l’initiative de son comité parrainé par la veuve de Abane Ramdane s’inscrit contre “les forces de l’occultation qui ont mis une chape sur tous ceux ayant fait l’histoire du pays”. Tout en alertant dans la foulée les citoyens sur ce qu’il qualifie de “célébration récupération de ce rendez-vous historique par ceux qui cherchent à s’approprier par des calculs partisans où autres ce haut repère dans l’histoire de la résistance algérienne”, le conférencier a sévèrement mis en garde contre, ce qu’il appellera “une célébration profanation”. “Nous n’accepterons jamais que ceux qui ont profané Abane et ont qualifié l’artisan de l’acte marquant la renaissance de l’Etat algérien de traître souillent encore par leur présence dans ce lieu historique la mémoire de Abane”, martèle-t-il en substance. Le président de la LADDH a également abordé l’autre sujet brûlant de l’actualité nationale, à savoir le projet de révision de la Constitution cher à Bouteflika. “Nous sommes contre la révision et pour la refondation constitutionnelle qui est au passage l’un des slogans majeurs de la célébration de ce cinquantenaire du congrès de la Soummam”, a souligné avec force Me Hocine Zehouane qui estime que le projet de révision de la Constitution est “un grand danger pour l’avenir des forces démocratiques”. “La révision de la Constitution pour un régime présidentiel dans les conditions algériennes consacrera le despotisme absolu”, soutiendra avec force l’orateur qui plaidera lors de son intervention en faveur “d’une refondation constitutionnelle à même d’offrir d’autres perspectives au peuple algérien pour la sortie de crise et rebondir dans une dynamique nouvelle”. La charte pour la paix et la réconciliation a été aussi sévèrement critiquée par le président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme. “La rumeur circulant ces derniers jours annonçant la réinstauration du couvre-feu est un indice révélateur de l’échec de la démarche réconciliatrice adoptée par le pouvoir”, signale le conférencier qui appellera les citoyens à participer massivement aux différentes activités commémoratives du cinquantenaire du congrès de la Soummam visant la réhabilitation des véritables figures de la Révolution algérienne ayant signé l’acte fondateur de l’Etat algérien. Me Hocine Zehouane signale que des conférences-débats autour du thème Le message de la charte de la Soummam seront animées la veille de cinquantenaire dans plusieurs localités de Béjaïa avec la participation également de la veuve de Abane le jour de la célébration de ce rendez-vous historique à Ifri-Ouzellaguen. A. K.



Source de cet article :
http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2006/08/14/article.php?sid=41980&cid=2