Lundi 20 Novembre 2006
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Corruptions
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

TARTUFERIES !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Le verdict est tombé dans l’affaire de l’agression mortelle
d’une jeune fille par un voleur de portable : 20 ans
de réclusion.»

19 pour le portable et 1 pour le meurtre

Quand j’entends le MSP et le FLN s’étriper sur la question de la corruption, quand je lis que Soltani dit posséder des dossiers de corruption en béton et quand j’apprends que le FLN le défie de rendre publics ces dossiers, je me dis que nous, les journalistes, nous vous mentons. Nous vous mentons grave. Car comment qualifier autrement que par le mot «mensonge» le fait pour nous de vous avoir annoncé hier la fin du festival du rire de Médéa ? C’est une fausse information ! Le festival du rire de Médéa ne peut pas avoir été clos pour la simple et bonne raison qu’un festival du rire à Médéa ou n’importe où ailleurs en Algérie, ça ne se clôt jamais, ça ne peut pas se clore et ça ne se clora point tant que FLN et MSP oseront encore venir devant vous, les yeux dans les yeux, affirmer qu’ils luttent contre la corruption. C’est simple, dès qu’un gus du FLN ou du MSP prononce le mot «corruption», je vérifie immédiatement que mon porte-monnaie est toujours dans ma poche, que ma montre bracelet n’a pas été subtilisée et que mon portable est encore accroché à ma ceinture. Dès que MSP et FLN se mettent à tenter de convaincre de leur «volonté farouche» de combattre la corruption, j’appelle sur-le-champ ma banque pour faire opposition, je me scotche ma paie à même la peau, sur la poitrine, avec du gros adhésif, quitte à hurler de douleur ensuite, au moment d’arracher le sparadrap, les biffetons et les poils. Pour faire court, car les blagues les plus courtes sont les meilleures, lorsque FLN et MSP jurent qu’ils vont finir par avoir sa peau à la corruption, je sens une poussée d’urticaire sous la mienne de peau, une sensation tellement désagréable que je n’ai trouvé d’autre remède pour la combattre que de fumer du thé et de rester éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3892

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site