Mercredi 24 Janvier 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
Monde
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : QUATORZIEME JOUR DU PROCES KHALIFA
Les filiales de Khalifa créées à partir de crédits octroyés par Khalifa Bank


L’«empire» Khalifa a été fondé grâce à des crédits que Abdelmoumen s’octroyait à partir d’El Khalifa Bank. Un crédit de 74 milliards de dinars a été débloqué pour la création de Khalifa Rent Car et Khalifa construction. Ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres puisque la banque ne déclarait jamais les crédits qu’elle octroyait à ses cadres dirigeants qui, selon la loi, ne peuvent bénéficier de crédit dépassant 20 % des fonds propres de l’établissement financier.

L’audition de Amar Boulkraoui, responsable de la direction générale des risques a révélé que la banque privée faisait des déclarations contradictoires. C’est ainsi qu’en février 2003, El Khalifa Bank avait déclaré avoir octroyé 10 milliards de dinars de crédits, avant de revoir ce chiffre à la baisse et d’évoquer la somme de 6 milliards. Entendu en qualité de témoin, M. Boulkraoui a expliqué que la direction dont il était à la tête avait pour mission de constituer une base de données sur l’ensemble des crédits octroyés par les banques et qui dépassent les 2 millions de dinars. Tous les deux mois, les banques sont tenues de transmettre des informations à la direction des risques qui ne dispose pas de moyens pour vérifier leur véracité. El Khalifa Bank avait donc toute latitude de dissimuler les crédits qu’elle octroyait sans risque de poursuites.
Les membres de la commission bancaire incapables de réagir

Quel est le degré de responsabilité de la commission bancaire ? Ses membres auraient-ils pu intervenir à temps pour stopper la banqueroute de Khalifa ? L’ancien gouverneur de la banque d’Algérie a-t-il dissimulé des informations capitales aux membres de ladite commission ? C’est à ces questions qu’a tenté de répondre la présidente de la cour de Blida en auditionnant hier matin trois membres de la commission. Hadj Sadok, Benziada et Namous ont à l’unanimité tenté de disculper la commission, expliquant que cette dernière n’avait pas été destinataire des rapports établis dès 1998 par la direction générale de l’inspection et qui faisaient état de graves violations de la loi sur la monnaie et le crédit. Appelé à témoigner en premier, M. Hadj Sadok a expliqué l’inertie de la commission bancaire par le fait que les mandats de plusieurs membres avaient expiré et qu’ils n’avaient pas encore été renouvelés. A la question de savoir «comment expliquer que des opérations de transfert d’argent se poursuivaient alors qu’El Khalifa Bank était sous le coup de l’interdiction des transferts vers l’extérieur», le témoin a déclaré qu’«aucune opération de ce type n’avait été faite par le biais de la Banque d’Algérie. Ce qui se faisait, ce sont des opérations clandestines ». Autre question de la présidente : «Est-il normal que la Banque d’Algérie octroie à une banque un délai pour redresser la situation». “Non, pas à ma connaissance », répond Hadj Sadok. - «Pourquoi n’avez-vous pas réagi ?» -«Lorsqu’il s’agit d’actes de gestion, la commission n’a aucune prérogative, nous ne sommes pas la tutelle de la banque. Il faut comprendre que beaucoup d’actes ont été faits dans la clandestinité.» -«D’après vous, pourquoi le gouverneur d’Algérie recevait Khalifa pour lui demander verbalement de redresser la situation ?» Silence du témoin. C’est la présidente qui reprend la parole. «Je ne vous apprends rien en vous disant qu’entre Keramane et la mère de Moumen Khalifa, il existe un lien de parenté». C’est au tour du procureur général de prendre la parole. -«Pourquoi n’y a-t-il eu aucune sanction ?» -«Ce sont les circonstances qui ont fait que la commission était incapable de faire son travail.»
Le premier rapport n’a jamais été transmis à la commission
Il quitte la salle pour laisser place à M. Benziada Ibrahim, également membre de la commission bancaire. C’est en 2002 qu’il a été mandaté par le ministre des Finances. Il a eu à s’expliquer sur la période post- Keramane puisqu’il n’a rejoint la Banque d’Algérie qu’après le départ de ce dernier. Il expliquera comment la commission s’était réunie le 2 décembre pour confirmer la décision de geler les opérations du commerce extérieur de la banque privée. «Les infractions de la banque étaient récurrentes et devenaient dangereuses» Saisissant la perche, la présidente dira : «Si les infractions étaient si dangereuses, comment expliquer que la Banque d’Algérie ait donné à Khalifa le temps de redresser la situation ?» Réponse du témoin «Je pense que les délais dépendent du degré de gravité. Lorsque les violations sont trop graves, je pense qu’aucun délai ne peut être accordé». A la question de savoir par quel miracle les opérations de transfert se sont poursuivies alors que des inspecteurs se trouvaient au niveau de la banque, il dira : «Je pense que l’argent sortait par un autre canal.» C’est au moment où la défense a pris la parole que le témoin a adopté une attitude qualifiée d’ironique par la présidente qui ne s’est pas retenue de le rappeler à l’ordre. M. Benziada, qui répondait à presque toutes les questions, ne comprenait soudainement plus celles qui parvenaient des avocats. Les explications qu’il a fournies au sujet du taux de change pratiqué par la banque privée ont été tellement contradictoires qu’il a fallu l’intervention de Bradsi, le liquidateur d’El Khalifa Bank. Plus prolixe, le troisième témoin, Omar Namous, présentait l’avantage d’avoir travaillé aussi bien sous Keramane que sous Leksaci, actuel gouverneur de la Banque d’Algérie. C’est lui qui avouera que jamais la commission dont il est membre n’a été destinataire d’un quelconque rapport évoquant des irrégularités avant 2000. Une révélation qui a étonné la présidente. Le témoin insiste : «C’est en mars 2000 que la commission a reçu un premier rapport qui d’ailleurs ne concernait pas qu’El Kalifa Bank mais plusieurs autres. Dans ce rapport, certaines irrégularités étaient notifiées. Par la suite, nous avons reçu un second rapport dans lequel figurait un PV faisant état de rencontres entre Moumen et Keramane. C’est également dans ce rapport que les inspecteurs estiment que Khalifa est loin d’être un groupe.» Dans une tentative de cerner la responsabilité de l’ancien gouverneur, actuellement en fuite, la présidente de la cour dira : «Est-ce que vous pensez que M. Keramane peut filtrer des informations ?» Silence du témoin qui ne veut visiblement pas enfoncer Keramane. «Est-ce que la commission se réunissait une fois par mois lorsque c’est Keramane qui était à sa tête.» Le témoin a des trous de mémoire. «Et aujourd’hui sous Leksaci» Réponse : «Oui, on se réunit une fois par mois.» Mme Brahimi insiste : «Est-ce que le gouverneur pouvait garder des rapports à son niveau et ne pas informer la commission ?» Réponse : «Je ne sais pas.» Tous les membres de la commission se sont contentés de rappeler que leurs prérogatives étaient limitées. Ce à quoi la présidente a répondu qu’au contraire, la loi leur donnait beaucoup de liberté d’action mais qu’ils ne l’ont jamais fait…
Nawal Imès

L'ANCIEN LIQUIDATEUR DE KHALIFA BANK
"Impossible de dissocier l'économique de la politique"

Intervenant pour resituer le débat, M. Bradsi, le liquidateur d’El Khalifa Bank a tenu à rappeler que dans l’affaire Khalifa, il y avait un volet politique qui ne pouvait être occulté. «J’estime que lorsqu’une banque intervient sur un marché, elle doit rester rationnelle et s’inscrire dans la logique du marché. Elle ne peut se permettre des actes sauvages. Une banque ne peut entreprendre des actes extrémistes qui menacent la stabilité de l’économie.» Et d’ajouter : «Au-delà des aspects techniques, il existe une grande part du politique. Beaucoup de personnes ont profité du chevauchement des deux.»
N. I.

Nombre de lectures : 429

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site