Mercredi 24 Janvier 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
Monde
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : AFFAIRE KHALIFA
Leksaci Mohamed aujourd'hui devant la juge


L’actuel gouverneur de la Banque d’Algérie, Leksaci Mohamed, comparaîtra aujourd’hui comme témoin devant le tribunal criminel près la cour de Blida, a annoncé hier la juge, Mme Brahimi. Le nom de Leksaci a été cité à l’issue de l’audition du témoin Hadj Sadok Djillali, membre de la commission bancaire qui a effectué des enquêtes sur le commerce extérieur et notamment sur les opérations swift et ce, depuis sa désignation par décret présidentiel daté du 2 décembre 2002.
La présidente a précisé que l’actuel gouverneur de la Banque d’Algérie sera appelé à la barre pour apporter justement des explications sur les opérations de mouvements des devises vers l’étranger d’autant que le témoin Hadj Sadok avait signalé que “l’appareil swift était très mal géré par des personnes qui n’en ont pas été habilitées”. Il y a lieu de souligner que lors de son audition par le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga, en date du 25 décembre 2004, M. Leksaci Mohamed avait déclaré qu’il a été désigné au poste de gouverneur de la Banque d’Algérie au mois de juin 2001 et ce, en remplacement de M. Keramane Abdelwahab. Il avait fait connaître dans le cadre de l’affaire Khalifa qu’il a été procédé au désistement des actions et au changement des gérants de la banque El Khalifa sans obtention au préalable d’autorisation de la Banque d’Algérie et que par conséquent la banque El Khalifa n’a subi aucune sanction disciplinaire au regard des violations de la loi accomplies par Khalifa. En outre, il affirmera qu’il ne peut se prononcer sur ce que El Khalifa Bank avait déposé ou non son capital social. Il ajoutera qu’en sa qualité de gouverneur de la Banque d’Algérie doublée de président de la commission bancaire et celle de la monnaie et du crédit, il a eu à enregistrer que les enquêtes menées à El Khalifa Bank ont abouti au constat que nonobstant l’absence de dépôt en temps réel des opérations bancaires des années 1999 et 2000, la banque El Khalifa n’a encouru aucune sanction disciplinaire hormis une correspondance adressée en date du 14 février 2001 au P-dg de la banque El Khalifa suite à laquelle le commissaire aux comptes a promis de transmettre les bilans dans les jours qui suivent. L’actuel gouverneur de la Banque d’Algérie avait également déclaré au juge d’instruction qu’à la suite de la découverte des violations accomplies par la banque El Khalifa, il a été procédé à la rédaction de rapports suivis du gel des opérations du commerce extérieur. Cependant, M. Leksaci avait soutenu qu’il ne pouvait répondre aux questions du juge d’instruction sur le défaut de qualification des agents qui ont effectué les inspections et ce, pour ne pas avoir prêté serment conformément aux dispositions de l’ordonnance 22/96. Dans un autre registre, l’actuel gouverneur de la Banque d’Algérie avait porté à la connaissance du magistrat instructeur que les sponsorings des clubs de football algériens et étrangers par El Khalifa Bank n’apparaissaient pas sur sa comptabilité et autres déclarations.
M. B.

Nombre de lectures : 436

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site