Dimanche 04 Février 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Santé
Monde
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

LE PROCES IRA JUSQU'A SON THERME !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Moumen Khalifa à Al Djazira : «Le plus gros scandale…

…linguistique du siècle ! »

Je savais l’économie de mon pays fragile, mais tout de même pas au point de vaciller, d’être mise en danger par de méchantes et dangereuses cartes «gratuites» de remise en forme dans un centre de thalasso. Si ça continue comme ça, si la préoccupation première est de savoir combien de fois tel Pdg d’entreprise publique a fait trempette dans un bain à remous, et combien de fois tel autre haut responsable s’est fait masser par des mains expertes, qu’on nous dise alors clairement que nous sommes face au plus grand et plus gros scandale des thermes et bains d’Algérie. Nous arrêterions alors d’attendre vainement et bêtement que nous soient révélés les noms des personnes qui ont permis que l’empire Khalifa se constitue et nous réduirions du coup nos attentes aux dimensions plus modestes d’une baignoire, de jets à haute pression, de boue aux effets destressants, de crèmes antirides, de baumes anticernes et d’extraits d’algues relaxantes. Ça me semblerait plus conforme à la tournure actuelle des débats et des auditions. Il s’en trouve même parmi les observateurs présents dans le prétoire qui sont passés maîtres dans l’art de déceler dans l’allure générale des personnes qui défilent à la barre ceux qui allaient très fréquemment en cure, ceux qui y sont allés régulièrement, ceux qui y allaient de temps à autre, ceux qui y sont allés une ou deux fois et ceux qui n’y sont jamais allés. Dans cet ordre d’idées, j’ai «l’intime conviction», pour reprendre un terme juridique, que les prévenus qui ont des chances de s’en tirer, au bout de ce procès sont ceux qui ont le teint pâle, les traits tirés, des cernes sous les yeux et la démarche arthrosée. Par contre, je ne donne pas cher de la peau des gars à l’allure sportive, élancée et arborant un teint shooté aux UV. Ceux-là risquent de plonger. Et pas dans une baignoire. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3832

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site