Mercredi 14 Février 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

ON EST QUEL JOUR DE QUELLE ANNEE ?

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«La Saint-Valentin en Algérie. Cette année, vos chances de tomber sur une bombe sont multipliées par 7.»

Bonne fête, quand même !

Quoi ? Trois jours seulement d’absence du territoire national et qu’est-ce que je découvre à mon retour, à ma descente d’avion ? Des bombes qui pètent en série ? Des ponts qui sautent ? Des casernes qui volent en éclats ? Impossible ! Y a un problème ! Y a une énigme. Il a dû se passer quelque chose de bizarre pendant mon vol Paris-Alger. Un phénomène extraordinaire, surnaturel, paranormal. Je pencherai pour l’accident temporel. Une sorte de télescopage des dimensions espace et temps. Peut-être la météo qui était chargée d’électricité dès le décollage. Et comme dans les romans de science-fiction, j’ai dû être pris dans un tourbillon spatio-temporel qui m’a fait revenir avant 1999. Une erreur d’aiguillage. Je ne vois pas d’autre explication. En apparence, je suis en 2007, à Alger, de retour après une rencontre d’auteurs maghrébins à Paris. En apparence seulement. Mais en fait, je suis en plein dans l’année 1994, dans un Alger où ça pète de partout, où les alertes à la bombe font sauter les standards téléphoniques de la DGSN et où il faut se méfier du voisin et ne pas emprunter le même itinéraire deux jours de suite. Personne n’arrivera à me convaincre du contraire. Pour la simple, bonne et patriote raison qu’il ne peut y avoir un tel raffut, un ramdam aussi énorme et une telle poudrière dans l’Algérie de la réconciliation nationale, dans l’Algérie de la paix retrouvée de Tam à Alger, de Maghnia à El Tarf, dans l’Algérie capitale de la culture arabe. C’est mathématiquement impossible. Quand je dis «mathématiquement », je pense aux chiffres donnés par nos respectables responsables, aux statistiques récentes qu’ils ont eu la gentillesse de nous communiquer sur l’état des maquis et des groupes armés. Pour toutes ces raisons objectives, je ne peux expliquer cette série d’attentats et de plasticages que par un accident dans l’axe du temps dont j’aurais été victime. Je ne vois qu’une seule solution pour me sortir de cette galère. Fermer les yeux, me répéter sans arrêt «non ! Tu n’es pas en 2007, tu as été accidentellement replongé en 2004 ! ». Quand je rouvrirai les yeux, j’en suis sûr, tout rentrera dans l’ordre, et je vérifierai par moi-même que je suis bien en plein 2004. Allez Hakim ! Ouvre les yeux et rassure-toi. J’ouvre les yeux et sur quoi je tombe ? «Procès Khalifa, 5e semaine». Mince alors ! Mais en 1994, y avait pas encore l’affaire Khalifa, non ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4094

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site