Mercredi 14 Février 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 


Pause-Café
Miroirs

Un village suisse va construire un miroir pour pallier le manque de lumière dans la localité, s’inspirant de ce qui a été fait en Italie voisine, pour la somme de 100.000 euros. Suite...


ESSAIS NUCLEAIRES DANS LE SAHARA
L'Algérie extériorise sa douleur

Près d’un demi-siècle après, l’Algérie commet le premier acte public d’interroger l’histoire, la France, donc, d’une autre façon, sur les essais nucléaires français dans le Sahara entre 1960 et 1966. Le colloque international sur les conséquences des essais nucléaires dans le monde, ouvert hier et pour deux jours à l’hôtel El-Aurassi à Alger, participe en tout de cet objectif. L’intérêt est déjà dans l’initiative ainsi prise même si nos ministres, celui des Moudjahidine y compris, étaient, hier, affairés ailleurs. Suite...


AFFAIRE DU WALI D'EL-TARF
25 personnes auditionnées

Le juge d’instruction près le tribunal d’El-Tarf a procédé, hier, mardi, à l’audition de 25 personnes en tant que témoins, entre cadres et élus de la commune d’El Tarf, ainsi que des entrepreneurs locaux, dans l’affaire du transfert de 2,2 milliards de centimes, inscrits au PCD, vers le siège de la wilaya d’El-Tarf pour des travaux de réfection et équipement du réfectoire, en marge des préparatifs de la visite du président de la République en 2003. Suite...


PROCES KHALIFA
L'instruction bâclée ?

Il a suffi d’une question posée par la présidente du tribunal de Blida pour démontrer la légèreté avec laquelle l’instruction du dossier Khalifa a été menée. Sinon comment expliquer le rebondissement dans l’affaire des commissions supposées versées par El- Khalifa Bank à certains directeurs d’entreprise ? Le directeur de l’agence d’Oran, où pas moins de 32 écritures en suspens ont été découvertes, a affirmé hier n’avoir jamais remis ces fameuses commissions aux responsables des entreprises mais que cet argent était transporté par l’ancien directeur de la trésorerie — actuellement en fuite — et qui régulièrement récupérait de l’argent qui partait en direction de la caisse principale depuis l’agence d’Oran. Une affirmation qui disculpe plusieurs DG d’OPGI surtout qu’il n’existe aucune preuve écrite que les sommes en question ont été effectivement versées dans les comptes des entreprises incriminées. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site