Mercredi 21 Février 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 


Pause-Café
Géométrie

J’ai bien aimé ce titre paru dans notre édition d’hier : “Le cercle triangulaire des accusés a permis de tisser une toile d'araignée autour de la BEA.”
J’ai alors pensé au procès Khalifa et aux différentes formules qu’on aurait trouvées :
Suite...


SLALMA (DRAA-EL-MIZAN)
Un attentat évité de justesse

Une semaine après les terribles attentats à la voiture piégée et deux jours après l’embuscade contre des militaires aux Aghribs, la localité de Slalma, dans les environs de Drâa-El-Mizan, a été hier, aux premières heures de la matinée, la cible d’une tentative d’attentat. Suite...


ASSURANCE AUTOMOBILE
Vers une augmentation de 50 % ?

Les assureurs, représentés par l’Union des assureurs et réassureurs (UAR), demandent une augmentation de 50% du niveau de la prime d’assurances automobiles obligatoires responsabilité civile (RC). Suite...


IMBROGLIO AU TRIBUNAL DE BLIDA
La Banque d'Algérie se constitue partie civile !

Coup de théâtre hier au tribunal de Blida. La Banque d’Algérie (BA) s’est constituée partie civile, ce qui a soulevé un tollé parmi les avocats qui lui contestent cette qualité. A l’issue de l’intervention des deux avocats délégués par la BA, un débat très animé a opposé la présidente à Me Bourayou. A ce dernier qui a exprimé le vœu de discuter cette constitution, la présidente a répondu qu’elle n’avait pas encore statué sur la recevabilité de la demande de la BA. Elle ira jusqu’à donner son sentiment. «Le droit m’impose le silence, mais je ne peux m’empêcher de dire que j’aurais aimé que la BA se constitue non pas contre Khalifa mais contre…» Elle ne va pas jusqu’au bout de sa phrase et c’est une voix dans la salle qui souffle «Keramane !» Unanimes, les avocats estiment que même en se constituant partie civile, la Banque d’Algérie ne peut échapper à la responsabilité civile. D’ailleurs, disent-ils, la demande de constitution est entachée de vice de forme. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site