Jeudi 01 Mars 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

         Périscoop
BAZOOKA
L’art de perdre les guerres
PAR MOHAMED BOUHAMIDI
mbouhamidi2001@yahoo.fr

Le terme stratégie signifie l’art de gagner les guerres. Celui de tactique renvoie à l’art de gagner les batailles. Il est significatif que tous les dirigeants du monde empruntent cette notion aux militaires pour parler de l’industrie. L’affaire doit être sérieusement compliquée et sérieuse pour que des civils se mettent à parler de cette façon. La concurrence doit être rude pour être perçue comme une adversité majeure, voire comme un danger. Suite...


100 millions la “tête” !

Les prochaines législatives suscitent un engouement sans précédent dans les rangs de la classe politique mais aussi dans les milieux d’affaires. Tel cet entrepreneur de Médéa qui n’a pas hésité à débourser la bagatelle de cent millions de centimes pour s’arracher la place de tête de liste chez un parti réputé être proche des enfants de chouhada. Suite...


Emaar sur le départ

Le groupe émirati Emaar, qui avait annoncé en grande pompe son intention d’investir pas moins de 28 milliards de dollars sur dix ans en Algérie, serait sur le point de renoncer, murmure-t-on dans les milieux initiés. Motif de cette volte-face : l’éternel problème d’assiettes de terrain que les autorités algériennes, malgré leurs promesses, n’auraient pas réussi à lui libérer. Suite...


Rapprochement chez les démocrates

Un rapprochement semble s’opérer depuis quelque temps entre le RCD et l’ANR, les deux formations du pôle démocratique. C’est, du moins, ce qu’estiment des sources concordantes en rapportant qu’une longue entrevue a réuni, au courant de cette semaine, MM. Saïd Sadi et Rédha Malek. Suite...


GRAVES ACCUSATIONS CHEZ TOU

La sous-directrice des prix au niveau de la direction de la pharmacie du département de Amar Tou ne s’est pas gênée, hier, au Palais des Nations, pour accuser les professeurs algériens de vouloir essayer sur nos compatriotes de nouveaux produits pharmaceutiques n’ayant pas prouvé leur efficacité ailleurs. Plus grave, notre sous-directrice a affirmé à des journalistes présents à la rencontre des ministres arabes de la Santé que la plupart des professeurs algériens sont payés par les multinationales pharmaceutiques. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site