Jeudi 01 Mars 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Sports
Femme magazine
Panorama
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

OU EST-IL ? MAIS OU EST-IL DONC ?

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Au cas où ça intéresserait quelqu’un, je rappelle
qu’Alger est toujours capitale de la culture arabe.»

Allô ! Ça intéresse quelqu’un ?

Là, maintenant, ça commence à faire beaucoup. Son absence devient énigmatique. On nous disait que le plus dur était passé. Que l’homme s’en était finalement sorti sans trop de casse. Qu’il avait retrouvé le moral. Lui-même avait promis d’aller à la rencontre des Algériens. De s’adresser à eux comme lui seul sait si bien le faire. D’ailleurs, certains avaient avancé des dates, des occasions précises au cours desquelles nous aurions eu la chance de le revoir après une aussi longue absence. Depuis, rien ! C’est le black-out total. Pourtant, et quoi qu’on en dise, les Algériens, toutes catégories confondues, s’inquiètent pour lui. On peut être d’accord ou non avec ce qu’il fait, il ne laisse pas indifférent. Il a même réussi par le passé à enflammer les foules, à électriser des salles archicombles. Ses apparitions publiques étaient attendues, courues. Il faut dire aussi qu’il savait y faire, surprenant ses compatriotes en apparaissant sans prévenir en compagnie de figures internationales à l’aura incontestée. Et c’est justement parce qu’il a toujours eu le sens du spectacle, de la mise en scène, que les Algériens ne comprennent pas, ne s’expliquent pas cette longue éclipse. Ce n’est pas dans la nature de l’homme de rester trop longtemps éloigné des projecteurs, des paillettes et des grands rendez-vous. Il a le show dans le sang. Il ne peut vivre sans les hourras de la foule. Il ne peut se passer des "vivats", des applaudissements, des youyous, des femmes qui se pâment à chacune de ses tirades ou des hommes qui reprennent en chœur ses paroles, lui reconnaissant une capacité inouïe à galvaniser les foules. Cette bête de scène ne peut pas disparaître ainsi, aussi longtemps. Il se passe quelque chose. On nous cache quelque chose. Quelles que soient les raisons de ce mystère fait autour de cette absence, il est urgent de nous dire aujourd’hui ce que devient cheb Mami et quand il compte rechanter en Algérie. Je fume du thé et je reste éveillé, ya dellali, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4861

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site