Lundi 05 Mars 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : SOUPÇONNE ONNE DE BLANCHIMENT D'ARGENT
Moumen Khalifa arrêté puis relâché


Hier matin, le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem annonçait l’arrestation à Londres de Rafik Abdelmoumen Khalifa. Au milieu de l’après-midi, l’Agence française de presse (l’AFP) confirme l’information auprès de Scotland Yard mais précise également que le «golden boy» algérien déchu à été remis en liberté provisoire. Autre précision, Moumen doit se présenter le 20 mars dans un poste de police de Londres.

Des sources proches du dossier affirment que Moumen Khalifa a été arrêté par dix policiers le 27 février dernier et a été entendu dans les locaux du service blanchiment d’argent de 14h à 19h30 et aurait répondu dans «le détail» à toutes les interrogations des services de sécurité britanniques. Selon les mêmes sources, ces derniers auraient agi suite au procès qui se déroule à Blida où il a été dit que des sacs d’argent avaient quitté illégalement l’Algérie vers une destination inconnue. Des propos, tenus de surcroît dans une enceinte de justice, ne pouvaient laisser indifférents les services britanniques chargés de la lutte contre le blanchiment d’argent et qui avaient fait preuve jusqu’ici d’une certaine retenue par rapport à tout ce qui se disait ou s’écrivait sur l’ex-patron du groupe Khalifa. Cela dit, il est difficile de croire que les Britanniques aient soudainement pris conscience de la nécessité de gérer autrement le dossier Khalifa et de croire allègrement en son possible extradition et surtout dans des délais raisonnables. Il est à rappeler que Scotland Yard n’a pas jugé utile de prononcer une garde à vue à l’encontre de Khalifa et encore moins de le présenter à la justice. Il ne sera entendu à nouveau par la police que le 20 mars prochain, ce qui dénote que les soupçons qui pèsent sur lui ne sont pas suffisamment étayés par des preuves tangibles. Notons également que dans sa déclaration à l’AFP, Scotland Yard s’est refusé de révéler l’identité de la personne arrêtée se contentant juste de confirmer qu’il s’agit d’un homme de 40 ans. A ce sujet, les habitués des arcanes de la justice britannique sont unanimes à dire que si Scotland Yard a gardé l’anonymat sur l’identité de la personne arrêtée, c’est que Moumen a le statut de réfugié et qu’à cet égard, il bénéficie de certains privilèges. Ce ne fut pas le cas lorsqu’il avait été entendu, il y a quelques mois, par la police française. Rappelons que l’interrogatoire avait duré deux jours pleins et cela avait fait les choux gras de la presse parisienne. L’empressement de Belkhadem à rendre publique l’arrestation de Moumen Khalifa tout en faisant l’impasse sur sa mise en liberté provisoire dénote d’un certain triomphalisme chez les autorités algériennes qui n’ont cessé de réclamer aux Britanniques l’extradition de Khalifa Moumen et qui doivent penser maintenant qu’avec cette nouvelle donne, cela ne saurait tarder à se concrétiser. H. M.

 

SELON AL JAZIRA : "Aucune charge contre Moumen Khalifa"

Abdelmoumen Khalifa a été relâché sous caution “sans qu’aucune charge ait été retenue contre lui”, a affirmé dans l’après-midi d’hier, la chaîne qatarie Al Jazira.

Nombre de lectures : 363

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site