Lundi 05 Mars 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Corruptions
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

5 MINUTES AVANT SON ARRESTATION, IL ÉTAIT LIBRE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Moumen Khalifa vient de faire une courte déclaration en
arabe à Al Jazira. Nous vous la livrerons, une fois traduite…

… en arabe !

Les journalistes lisent le matin une information parue dans deux ou trois journaux. Un peu avant midi, les mêmes journalistes assiègent… le siège du Sénat et montent à l’abordage du chef du gouvernement et de son ministre de l’Intérieur. Le premier, d’un ton assuré, aussi assuré que le jour où il annonçait le jumelage entre les communales et les législatives, confirmait «l’arrestation de Moumen Khalifa». Connaissant la fiabilité des informations données par Belkhadem et leur crédibilité, les consœurs et les confrères ont poliment remercié le coordinateur du gouvernement pour s’en retourner vers Zerhouni. Lequel, plus «merhi» que jamais, conseille gentiment aux journalistes de poser la question au ministre de la Justice. Lequel, bien évidemment, est… absent du Sénat au moment où se déroule cette scène surréaliste. J’écris «surréaliste» parce qu’elle l’est véritablement ! Voilà un gouvernement dont le premier responsable malgré moi, Belkhadem, annonce dans un hémicycle prestigieux l’arrestation de Khalifa. Et dans cette même enceinte, le premier policier du pays renvoie les journalistes vers le premier responsable absent d’une justice presque aussi absente que lui. Alors qui croire ? Zerhouni ? Lui n’a rien dit sur Khalifa. Lui compte les bombes et accroche méthodiquement des médailles de faiblesse sur les poitrines gonflées du GSPC. Bélaïz ? Faudrait d’abord arriver à lui mettre la main au collet, si j’ose dire. Belkhadem ? Au moment où le roi du plantage annonçait fièrement aux sénateurs l’arrestation de Khalifa, Moumen ressortait libre du poste de police londonien où il avait pris le «tea of five o’clock» avec des inspecteurs n’ayant pas contracté de prêts à Khalifa Bank. Ainsi donc, Rafik est libre. Et Abdelaziz II est libre. Et très sincèrement, je ne sais pas vraiment laquelle de ces deux infos m’attriste au plus haut point. La seule chose que je sache, c’est qu’il nous faut encore fumer beaucoup de thé pour rester éveillés à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3777

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site