Mardi 06 Mars 2007
Accueil | Edition du jour | Archives
Rechercher:   Recherche avancée
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Panorama
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Le Soir Multimédia
Monde
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Actualités : SALLES DES FETES
Les propriétaires dénoncent "les fermetures abusives"


Lors d’une conférence de presse tenue hier au siège de l’UGCAA, les propriétaires des salles des fêtes ont tenu, encore une fois, à attirer l’attention des pouvoirs publics sur les difficultés vécues depuis la promulgation du décret 05/207 du 04 juin 2005. Les intervenants ont souligné que ce décret “a été élaboré unilatéralement par l’administration sans consulter au préalable les propriétaires de salles qui sont les premiers concernés”.
Ces derniers mettent notamment en évidence le fait que cette réglementation comporte un certain nombre d’articles contradictoires et qui font l’amalgame dans la classification des activités. “Des salles des fêtes où sont organisées les festivités familiales sont classées au même titre que les boîtes de nuit, cabarets et discothèques, nous contribuons pourtant à faciliter la rencontre entre les parents et amis dans des espaces aménagés à cet effet vu les contraintes de l’exiguïté des logements et le dérangement occasionné aux voisins”, a déclaré le représentant du comité national des salles des fêtes. Ce dernier notera par ailleurs que les propriétaires des salles ont tenté de rentrer dans leur droit auprès des collectivités locales, sans résultat. Chose qui les a poussés à créer un comité national des salles des fêtes lors d’une assemblée générale tenue le 20 janvier 2007 sous l’égide de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA). Ainsi, et se disant convaincus de la légitimité de leurs revendications, le comité lance un appel aux autorités concernées les informant que le décret en question a mis injustement au chômage des milliers de personnes et appelle donc à sa révision. Les propriétaires évoquent en outre le fait que “le décret met hors-la-loi des salles qui activent depuis des dizaines d’années avec des documents réglementaires, en l’occurrence des autorisations administratives et des registres de commerce”. Ils se demandent ainsi qui est responsable de l’octroi de registres de commerce et de l’autorisation d’exercer avant que le permis de construire ne soit délivré. Les propriétaires précisent aussi que la plupart d’entre eux ont investi des centaines de millions dans la réalisation, l’équipement et la décoration des salles. Il est à noter que 80 % des salles ont été fermées. “Ces fermetures ont commencé avant 1995 et de façon abusive”, soutiendra le représentant des propriétaires des salles des fêtes.
F. Z. B.

Nombre de lectures : 364

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site