Jeudi 22 Mars 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Chronique du jour
Par Maâmar FARAH
LE REGARD DE MOHAMED BENCHICOU
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Le Soir des Livres
 
 
Nos archives en HTML
Nos archives en PDF
 

Culture : “HÔTEL SAINT-GEORGES” DE RACHID BOUDJEDRA
Regard sur la guerre d'Algérie


L’écrivain Rachid Boudjedra a présenté dimanche dernier à l’hôtel El Djazaïr son dernier ouvrage portant le titre Hôtel Saint-Georges . Sa simplicité, sobriété et sa plume alerte ne cessent de séduire de plus en plus de lecteurs à travers le monde. Publié il y a tout juste une semaine par les éditions Dar El Gharb d’Oran, l’Hôtel Saint- Georges est une histoire douloureuse qui se déroule durant la guerre de Libération nationale.
L’histoire met aux prises deux personnages, Jean, ébéniste émérite français envoyé comme soldat en Algérie, et Nabila, une jeune étudiante algérienne serveuse le soir dans un bar. La jeune serveuse active pour le compte de la révolution algérienne. Jean est appelé sous les drapeaux en Algérie pendant la guerre de Libération pour fabriquer des cercueils destinés au rapatriement des dépouilles des soldats français “morts pour la France”. Horrifié, il assiste à la décomposition de la soldatesque française en même temps qu’à sa propre déchéance. Et c’est là que l’ébéniste découvre la torture et toutes les exactions pratiquées par l’armée coloniale. Son lieu de refuge est cet hôtel Saint-Georges situé dans la capitale avec son bar où viennent s’échouer des âmes en peine pour échanger des confidences. Jean fait partie de ces âmes blessées et perdues qui écument leur désespoir au bar de l’hôtel. Et où il fera la connaissance de Nabila. Des années plus tard, reparti en France, Jean ne pourra oublier son passage et sa vie dans cet hôtel. Agonisant, sur son lit de mort, le soldat français dicte à sa fille Jeanne ses dernières volontés, particulièrement celle de visiter l’Algérie. Le roman exhibe cette guerre horrible en mettant en relief les moments douloureux vécus par l’ébéniste. Une façon pour l’auteur de mettre en exergue l’éveil de conscience de ce Français, ayant vécu une histoire dure, terrible. Il prendra position pour la juste cause algérienne. A ce sujet, l’auteur dira que cette histoire démontre le regard des Français ayant participé à la guerre tout en reconnaissant qu’elle était injuste. Une manière de faire retenir les voix des soldats français l’ayant dénoncée. Inspirée de faits réels, cette histoire, précise Rachid Boudjedra, lui a été racontée par la fille de l’ébéniste. Concernant la composition du roman, l’auteur a écrit Hôtel Saint-Georges dans un style narratif, simple et sobre. Il évite les longues phrases et les termes complexes qu’il aime bien. Il aborde l’histoire en toute simplicité mais avec peine et déchirure dans un désir d’efficacité car le sujet lui-même est douloureux. Dans le même contexte, le romancier affirme que le vrai écrivain est celui qui possède son propre style et son propre dictionnaire. Poète, essayiste, romancier et auteur de théâtre, Rachid Boudjedra compte à son actif une vaste biographie riche de 24 créations, dont 15 romans, des recueils de poésie et des pièces de théâtre traduites dans 34 langues. Hôtel Saint- Georges, qui est son dernier roman, est en cours de traduction.
Sihem Benkhemou

Nombre de lectures : 1446

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site