Mercredi 16 mai 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
 

Pause-Café
Dos d'âne


Moi, je ne connais pas le chef responsable des dos d’âne. Il se pourrait que ce soit un type sympathique. Je crois même qu’il doit être généreux dans la mesure où s’occuper des dos d’âne est une œuvre de bienfaisance qui évite bien des tracas aux familles qui ont la malchance d’avoir une route entre leur maison et l’école du coin.
Et puis, je ne pense pas qu’il soit facile d’imposer un dos d’âne comme ça. Souvent, les autorités n’autorisent pas facilement l’installation d’un dos d’âne parce que les automobilistes voient cela d’un mauvais œil. Car une voiture filant à 120 kilomètres à l’heure — pour ne pas dire plus — peut déraper ou carrément aller dans le décor si elle rencontre un dos d’âne mal signalé, comme c’est souvent le cas. Le chef responsable des dos d’âne a beaucoup de morts sur la conscience.

Moi, je ne connais pas ce chef, mais je voudrais bien lui poser une question, une seule : «Monsieur, vous avez planté des dos d’âne dans notre quartier. Vous avez certainement vos raisons. Et elles doivent être valables. Sauf que je ne comprends pas pourquoi vous avez subitement décidé de les supprimer, quelques jours seulement après leur érection ! Monsieur le responsable des dos d’âne, de deux choses l’une :
- Ou vous êtes un âne et dans ce cas votre dos serait plus utile si vous le gardez derrière vous.
- Ou alors vous pensez que le président de la République ne mérite pas, pour un petit passage de quelques secondes, ce que nous méritons tous les jours, toutes les semaines, tous les mois et toutes les années !
Mais les dos d’âne installés sur certaines routes, dans la ville d’Annaba, et qui ont été supprimés lors du périple du président Bouteflika, seront certainement reconstruits après cette visite. Et, dans ce cas, vous aurez gaspillé l’argent du peuple. Vous êtes un irresponsable, Monsieur le chef responsable des dos d’âne, vous êtes même le plus grand âne que je connaisse. Si les dos d’âne sont bâtis pour être supprimés, c’est que vous ne savez pas ce que vous faites. Et si vous les reconstruisez, c’est encore plus grave, parce que non seulement vous ne savez pas ce que vous faites, mais vous êtes bon pour l’asile !
Je ne vous salue pas, Monsieur le chef responsable des dos d’âne, vous et toutes les camelotes qui se mobilisent pour étudier l’utilité de ces dos d’âne qu’ils installent pour les défaire quelques jours plus tard. Vous me dégoûtez vous et ceux qui plantent des arbustes qui feront honneur au cortège, juste pour la frime, mais qui ne tiendront pas une semaine !
Monsieur le chef responsable, j’en ai vu des dos d’âne : des gros ; des petits, des courbés, des pas courbés, des longs, des larges. Mais, je n’ai jamais vu un dos d’âne datant d’une semaine se faire enlever par la même équipe qui a trimé dur sous le soleil, équipe qui, d’ailleurs, reviendra pour l’édifier à nouveau ! Si vous êtes fou, allez vous faire soigner et demandez aux psychiatres de vous livrer de la pâte à modeler : vous pourrez faire et défaire les dos d’âne sans toucher à l’argent des contribuables.
maamarfarah@yahoo.fr

«Il est meilleur d'être irresponsable et dans le vrai que responsable et dans l'erreur.»
Winston Churchill

Nombre de lectures : 428

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site