Mercredi 16 mai 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Auto
 
 
Nos archives en HTML
 

LA FAMILLE RECOMPOSEE !


Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Que retiendra-t-on de la visite de Abdekka à Annaba ?" 

Qu’il en est revenu !

Enfin un moment de vérité vraie, de logique pure à moins de 24 heures des élections législatives. Enfin un moment de sincérité qui fait chaud au cœur. De ces instants qui vous réconcilient avec le genre humain, avec la morale, avec la probité, avec l’adéquation entre les idées et les actes. C’est tellement rare ! Nous en avons été privés à un point tel que nous commencions même à douter de la présence de Dame Vérité sur la terre d’Algérie. A voir et à entendre les différents candidats nous raconter tout et n’importe quoi durant la campagne, à entendre et à voir les cadres chargés d’organiser les législatives nous assurer, la main sur le cœur (à droite sur leur poitrine à eux) que l’engouement des Algériennes et des Algériens pour ce vote était phénoménal, nous commencions à désespérer de la vérité et de la sincérité. Heureusement qu’un événement de dernière minute vient enfin de nous réconcilier avec la parole vraie. Un Algérien à l’honorabilité reconnue par la plus haute autorité du pays vient de nous donner la preuve que l’on peut parler vrai chez nous. Dans un communiqué transmis aux rédactions du pays, Madani Mezrag, le valeureux combattant, a appelé les électeurs à voter massivement pour le FLN. Lumineux ! Translucide ! Logique jusqu’à la pointe de la barbe teinte au henné. La boucle est ainsi bouclée, plus de quinze ans après la seconde guerre d’Algérie : le chef de l’AIS exhorte les citoyens à faire gagner le FLN de Belkhadem. Même un mathématicien chevronné n’aurait pas réussi à tracer une parabole aussi parfaite. D’ailleurs, ce n’est plus de la parabole, ce n’est plus de l’hyperbole, ce n’est plus un champ d’arabesques tracées par un physicien fou sur les murs de sa cellule, ce n’est même plus un avatar de la théorie du rasoir d’Occam. Non ! C’est la vérité enfin dite publiquement aux Algériens à la veille d’un scrutin législatif. Un instant magique de convergence, de retrouvailles et de jonction naturelle entre les coupeurs de têtes et les coupeurs d’avenir et d’espoir. Un moment de recomposition familiale ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4585

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site