Jeudi 24 mai 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir des Livres
 
 
Nos archives en HTML
 

LE GANG DES BRAS LEVES !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«Abdekka bientôt à Blida.» 

C’est grave à ce point ?

Allez ! Allez ! En rang. On se prépare pour dimanche. On s’entraîne sec pour ce rendez-vous important messieurs les nouveaux députés. Le geste ample, franc, sans fioriture, direct, clair, ferme et décidé. A mon signal, tous ensemble ! 1, 2, 3, on lève le bras droit bien haut, bien droit. Eh ! Oh ! Vous là-bas, au 3e rang, pourquoi ne levez-vous pas le bras comme vos collègues ? Parce que vous êtes gaucher ? Mais on s’en fout que vous soyez gaucher, droitier ou ambidextre ! On vous demande juste de lever un bras, n’importe lequel, au moment du vote pour signifier que vous êtes d’accord. Regardez votre pote du FLN ! Il lève les deux bras en même temps le bougre. Prenezen de la graine. Bien ! Très bien ! Nous allons passer à des exercices d’assouplissement spécifiques à notre chère APN. Un travail sur les cervicales. Doucement au début afin de chauffer un peu les articulations. Au top, on y va ! 1, 2, 3, allez ! Vers le haut, puis vert le bas, vers le haut, puis vers le bas. Non Madame Louisa, surtout pas ça ! Jamais de mouvements latéraux. Abadan. On vous l’a pourtant assez répété toutes ces dernières années. De bas en haut, le cou, jamais de gauche à droite. C’est bon ? Les cervicales sont chaudes, bouillantes ? Bien ! Très bien ! On passe aux mains, outil indispensable à tout bon député. On les ouvre bien larges, les paumes les unes bien en face des autres et hop ! Au top ! 1, 2, 3 on applaudit bien fort. Je n’entends rien ! C’est faible messiers dames ! Du nerf que diable ! Imaginez que vous venez de voter une augmentation de vos indemnités parlementaires. Voilà ! C’est mieux ! Beaucoup mieux ! On attaque à présent la dernière partie de votre entraînement. La plus délicate. Comment s’éclipser de la plénière, en plein débat sur l’emploi ou sur les salaires sans se faire remarquer, sans apparaître à l’écran ? Tout est dans le pas chaloupé, l’œil perçant pour déceler le bon moment, celui où le caméraman de l’ENTV fait un long focus sur le pupitre central. Ne jamais faire crisser votre fauteuil pour ne pas éveiller de soupçons, sortir la jambe droite de la travée, pour tester le degré de réactivité de vos voisins de rangée immédiats, la faire suivre prestement de la jambe gauche, ensuite, tout le corps d’un coup, direction la sortie, la cafétéria, le resto ou la discothèque de l’Aletti. Pour aujourd’hui, ça sera tout ! Vous avez bien travaillé ! Rendez-vous samedi pour un dernier entraînement, les ultimes réglages avant dimanche et votre installation dans l’opulence. En attendant, ceux qui n’ont pas voté pour vous, la majorité des Algériennes et Algériens fument du thé et restent éveillés à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4839

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site