Samedi 02 juin 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions Centre
Régions Est
Régions Ouest
Sports
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

UN AIR DE VACANCE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

A peine installé à l’APN, le député humoriste Hadj Attallah a déclaré : «Ici, la concurrence sera rude.»

J’te l’fais pas dire coco !

Belle semaine que celle qui commence ! Près de vingt ministres de la République dans l’illégalité la plus totale, le popotin sur deux chaises, celle moelleuse du ministère, et celle encore plus moelleuse de l’APN. Et le plus terrible, c’est que ça ne semble gêner personne. Plus croustillant encore, «l’œil persan» de l’exécutif, j’ai nommé Belkhadem s’esquinte la santé à faire depuis quelques jours des allers et retours incessants entre son bureau et celui du chef de l’Etat pour lui remettre sa démission et celle du gouvernement. Rien ! On lui répond à chaque fois laconiquement «Lé pas là !». Dans le même temps, l’annonceur en chef des résultats des scrutins algériens, le ministre de l’Intérieur confirme que la loi électorale devra être changée, et que le premier texte sur le pupitre des nouveaux députés sera justement celui ayant trait à l’élimination des petits partis sans audience. C'est-à-dire que des députés du FNIC, puisque ce parti (non ! je vous interdis de rire !) siège à l’Assemblée vont voter leur propre mort. Et je prends le pari : ils lèveront les bras plus haut que les autres au moment du vote. De son côté, Louisa, la pasionaria de Abdekka plaide pour que les élections algériennes ne soient plus surveillées et exige la dissolution de toutes les commissions installées à cet effet. Je savais que le trotskisme pouvait mener à tout, mais pas à la complicité de fraude électorale et la collusion avec des dirigeants bourgeois, capitalistes et rentiers. Même Jospin, au fait de sa gloire n’avait pas été aussi loin dans le largage de ses anciennes amarres trotskystes. Il était passé au PS, pas au MEDEF ! Bref, en ce début de semaine, le bateau Algérie est toujours en rade. L’équipage n’en fout pas une, de peur de trop se découvrir en ces temps où il se murmure que l’amiral pourrait quitter définitivement le navire et où les seconds nous donnent l’impression de vouloir rejouer «Les révoltés du Bounty». Ça sent les vacances. Ça sent même la vacance. Bonne semaine tout de même aux 2/3 des Algériennes et des Algériens. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
 H. L.

Nombre de lecture : 3674

  Éxclusif : HADJERES AU “SOIR D’ALGERIE”

«Réhabiliter ensemble la fonction noble du politique, la construction de solutions de paix et de mieux-être, acceptables et vivables pour la majorité»

Télécharger la version PDF

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site