Lundi 20 Août 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Monde
Le Soir Mobile
 
 
Nos archives en HTML
 

LA THEORIE DU MYSTERE !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

«2 pages du Soir d’Algérie de samedi dernier ont été écrites par Bélaïd Abdesselam”.

Toutes mes excuses aux lectrices et aux lecteurs !

Pas de répit pour le mot «mystère» en Algérie. Quelques jours seulement après la mystérieuse vague de Mostaganem, quelques mois à peine après le mystérieux serpent d’El-Harrach, revoilà une ancienne connaissance, la récidiviste maladie mystérieuse de Sidi-Bel-Abbès. Des habitants de cette région souffriraient, selon la chronique locale d’un mal mystérieux apparaissant généralement sous la forme d’une hypertrophie néphrotique. Le même mal qui avait frappé toute une famille l’année dernière déjà…à Sidi-Bel-Abbès. Et l’an dernier…déjà, la chronique locale, les autorités locales et les autorités nationales nous avaient informés qu’une commission d’experts avait été envoyée d’Alger pour enquêter sur place, à Bel-Abbès. Apparemment fort épais, le mal mystérieux de la Mekkera a résisté aux investigations de la première commission d’enquête. Vicelard au diable et vachelard au possible, il se serait manifesté de nouveau, cet été, afin de tester les aptitudes d’une nouvelle mission d’experts dépêchée de la capitale, pour ne pas changer ! Bizarre tout de même comme toute séquence de vie dans ce pays devient sujette à mystère. On bouffe à 300 dans un mariage à Bordj-Bou-Arreridj, par 40° à l’ombre, et l’on est aussitôt victime d’une mystérieuse intoxication alimentaire. Tout un village boit l’eau d’un puits, et c’est tout le village ou presque qui souffre d’une mystérieuse épidémie. On se baigne dans un étang saumâtre, et ce sont tous les baigneurs qui se réveillent le lendemain avec la peau bouffée par de mystérieux eczémas. J’en arrive à fantasmer. Un fantasme des plus basics : dans un village d’Algérie, des citoyens souffrent brutalement de coliques et de diarrhées. Et le médecin du dispensaire local, calmement, sans alerter Alger et l’OMS, sans appeler le taleb local diagnostique un foyer de diphtérie. Le directeur de la santé dont le patelin dépend, sans ameuter Alger, sans réveiller en pleine nuit le secrétaire général de l’ONU mettrait en branle la procédure prévue dans ce cas de figure et déciderait comme un grand des mesures urgentes à prendre. Et il n’y aurait aucun mystère là où il ne doit pas y en avoir. Il n’y aurait que de la gestion saine, raisonnable et raisonnée de problèmes quotidiens de santé. Mais bien évidemment, vous l’aurez deviné, il ne s’agit là que d’un fantasme. Je fume du thé (encore un mystère) et je reste éveillé à ce cauchemar qui continue.
H. L.

Nombre de lecture : 3696

  Éxclusif : HADJERES AU “SOIR D’ALGERIE”

«Réhabiliter ensemble la fonction noble du politique, la construction de solutions de paix et de mieux-être, acceptables et vivables pour la majorité»

Télécharger la version PDF

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site