jeudi 11 octobre 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

ISLAMISME, LE TEMPS DES RÉGIMES SPÉCIAUX !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Privatisations. Plusieurs firmes étrangères intéressées par la gestion des autoroutes algériennes. Mais une seule est presque assurée de décrocher cet immense chantier. 

Benetton !

Normal ! Normal ! Normal ! Sa tronche refait surface dans les journaux. Il l’ouvre à propos de tout et de n’importe quoi. Il s’offusque du fait que les anciens du FIS ne puissent pas se présenter aux prochaines élections locales. Il se pointe devant le ministère de l’Intérieur et fait semblant de péter un plomb parce qu’il n’est pas reçu par le ministre. Benhadj est parmi nous, bien parmi nous, jouissant d’un temps de parole, d’une liberté de se mouvoir étonnante en ce mois de baisse de régime. Pourtant, si ma mémoire tant de fois abusée ne me joue pas un énième tour, j’ai souvenance de responsables civils et militaires qui assuraient que les déclarations graves, dépravantes, insultantes, déshonorantes, infâmes, abjectes, ignominieuses, ordurières, calomnieuses, inhumaines, affligeantes, sales, puantes, dégradantes, scatologiques et monstrueuses de Benhadj à l’encontre du défunt numéro 2 des services de sécurité Smaïn seraient punies avec toute la rigueur clairement énoncée par les lois algériennes. Mis à part une petite virée aux allures champêtres dans le bureau d’un magistrat et l’épisode désopilant (et surtout jamais démenti) d’un coup de fil libérateur venu d’en haut, de très haut (esstaghfîr allah ya rabbi !), rien ! Benhadj fait virevolter son kamis et son verbe assassin dans les rues et places algériennes, et la mémoire d’un ancien militaire, bon ou mauvais, gentil ou féroce dans l’exercice de ses fonctions demeure salie, bafouée par un gnome en liberté. Pourquoi alors nous prendre à témoin, des trémolos dans la voix, pour nous promettre : «Vous allez voir ce que vous allez voir !» ? Y a rien à voir. Ou plutôt si ! Y a à voir Benhadj en goguette, plus guilleret que jamais, volubile à souhait et butinant la provocation dans son champ de haine comme autant de fleurs vénéneuses qu’il promet de répandre bientôt sur la tombe de la démocratie. Y a aussi à voir, y a surtout à voir un régime qui a peur de ses islamistes. Tellement peur qu’il s’arrange à chaque fois pour les exfiltrer des lois républicaines. Bientôt, à cette allure, il faudra une wilaya entière pour abriter les Abderezzak El Para, les Hassan Hattab, les Ali Benhadj, les Abassi Madani et autres pensionnaires de ce régime spécial de l’islamisme, de l’intégrisme et du terrorisme algériens. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4235

  Éxclusif : HADJERES AU “SOIR D’ALGERIE”

«Réhabiliter ensemble la fonction noble du politique, la construction de solutions de paix et de mieux-être, acceptables et vivables pour la majorité»

Télécharger la version PDF

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site