samedi 08 décembre 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

Actualités : AIR ALGÉRIE
Le directeur technique incarcéré


La compagnie nationale Air Algérie est au centre d’un scandale. Son directeur technique et trois autres fonctionnaires ont été respectivement mis sous mandat de dépôt et sous contrôle judiciaire, a-t-on appris de source sûre.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Une enquête diligentée depuis plusieurs mois par les services de sécurité a conclu «à une malversation dans la passation de marchés dans des opérations d’achat de matériels techniques destinés à la flotte de la compagnie». Déférés mercredi dernier devant le procureur de la République d’El Harrach, les mis en cause ont été par la suite entendus par le juge d’instruction relevant de la même instance, qui à son tour a décidé en dernier lieu de mettre le directeur technique d’Air Algérie sous mandat de dépôt en l’incarcérant au niveau de la prison d’El Harrach et de placer trois autres personnes, des cadres exerçant au niveau de la même direction, sous contrôle judiciaire, en attendant que l’instruction fasse toute la lumière sur cette affaire. Selon nos sources, aussitôt que l’information a fait le tour de la compagnie, des syndicalistes UGTA ont tenté une action de grève qui n’a duré que deux heures. Une délégation, croit-on savoir, s’est rendue au ministère des Transports pour s’enquérir de la situation. Au moment où nous mettons sous presse, aucune information détaillée n’a filtré sur cette affaire. Mais on apprend par d’autres sources que les avocats de la défense comptent faire appel auprès de la chambre d’accusation de la décision prise par le juge instructeur, en plaidant la liberté provisoire. Il est important de signaler que la direction technique d’Air Algérie est considérée comme l’une des plus importantes structures qui composent la compagnie nationale. Son importance dans l’organigramme d’Air Algérie lui confère, à en croire des sources très au fait du dossier, un rôle important en tant que structure chargée du volet technique. Question : ce scandale fait-il suite à une plainte déposée par la direction générale d’Air Algérie, ou s’agit-il du résultat d’une enquête approfondie effectuée par les services de sécurité suite à l’ouverture d’une information judiciaire ? Il est à noter que la compagnie Air Algérie avait entamé en 2000 un plan de renouvellement de sa flotte suite à l’adoption d’une résolution de son conseil d'administration. L'avionneur américain Boeing avait décroché un contrat de douze appareils 737-800. L'opération était financée sur fonds propres de l’entreprise à hauteur de 30 %, le reste grâce à un crédit bancaire garanti par Eximbank. Parallèlement, l'entreprise retirait du circuit trois gros-porteurs 727-200, trois moyens-courriers 737-200, trois Fokker et deux Bombardier B27. Les Boeing sont vendus le 14 janvier 2002. Le plan de renouvellement envisage également le retrait, jusqu'en 2007, du reste de l'ancienne flotte, soit près d'une trentaine d'appareils. Selon des observateurs, il était urgent pour la compagnie de se débarrasser d'une partie de sa flotte vieillissante, car les frais de maintenance plombaient lourdement les coûts d'exploitation, qui avaient augmenté de 25 % par an entre 1999 et 2001. Les normes imposées dans l'espace européen ont, en effet, engendré une coûteuse mise à niveau des appareils les plus âgés. Sur un autre plan, la compagnie publique avait tenté de se lancer dans l'industrie aéronautique grâce à un grand site de maintenance mis sur pied en 2000. La direction d’Air Algérie avait choisi pour partenaire la Sogerma, filiale de EADS, groupe majoritaire au sein d'Airbus. Enfin, jusqu’à présent, on reste sur notre faim quant au projet de vente à la Libye des appareils qui ont été retirés de l’exploitation.
A. B.
youcefabder@hotmail.com

Nombre de lectures : 438

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site