samedi 08 décembre 2007
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

Actualités : SUITE AUX RÉSERVES FORMULÉES PAR LE COMMISSAIRE AUX COMPTES
Le DG de Mobilis démissionne


Depuis mercredi passé, M. El Hachemi Belhamdi n’est plus à la tête de Mobilis, filiale de la téléphonie mobile de l’opérateur historique des télécommunications, Algérie Télécom.
Cette décision a été prise lors de l’assemblée générale de cette filiale, qui s’est tenue en fin de semaine dernière, sous la présidence du ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication (PTIC). Ce dernier qui a accepté la démission de M. Belhamdi lui a toutefois, demandé de rester en poste jusqu’à la fin du mois en cours, en attendant la nomination d’un nouveau patron à la tête de Mobilis. Selon nos sources, la décision prise par M. Belhamdi remonte à deux jours auparavant, soit à l’occasion de la tenue de la réunion du conseil d’administration de ladite filiale, dont les travaux ont été présidés par M. Slimane Kheirredine en sa qualité de premier responsable du groupe Algérie Télécom et de surcroît de président du conseil d’administration de Mobilis. Lors de cette réunion, les membres du conseil d’administration, ajoute notre source, ont eu droit à une communication assurée par le commissaire aux comptes qui a fait état des réserves formulées sur le bilan de l’exercice passé de l’entreprise. A ce sujet, on indique que les «propos» soutenus par le commissaire aux comptes n’auraient pas été du goût du P-DG de Mobilis, contestant les remarques faites par le commissaire aux comptes et contenues dans le rapport adressé au premier responsable du groupe. Suite à cela et lors de cette réunion, M. El Hachemi Belhamdi a présenté sa démission, «pour ne plus assurer la direction de Mobilis». Une démission rejetée une première fois par M. Slimane Kheirredine, avant que l’intéressé ne repose la problématique deux jours après, lors de l’assemblée générale présidée par M. Boudjemaâ Haichour en sa qualité de premier responsable du secteur conformément aux attributions qui lui ont été conférées par le décret exécutif N° 03- 57-du 5 février 2003. Ainsi, l’article premier dudit décret stipule que «dans le cadre de la politique générale du gouvernement et de son programme d’action, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication est chargé de l’élaboration des éléments de la politique nationale en matière de poste et des technologies de l’information et de la communication. Il suit et contrôle sa mise en œuvre, conformément aux lois et règlements en vigueur. Il rend compte des résultats de ses activités au chef du gouvernement, au Conseil du gouvernement et au Conseil des ministres, selon les formes, les modalités et les échéances établies. L’article deux précise pour sa part «que le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication exerce ses attributions sur l’ensemble des activités liées à la poste, aux télécommunications, à l’informatique et aux techniques audiovisuelles ». Nos sources ajoutent à ce titre que le ministre a pris acte des «réserves formulées par le commissaire aux comptes», qui aurait, ajoute-t-on, exprimé son mécontentement sur «l’état de la situation dans laquelle se trouve le groupe Algérie Télécom à travers ses différentes filiales». Pour la filiale Mobilis, Boudjemaâ Haichour avait fait état de la baisse du chiffre d’affaires du groupe qui est passé de 134 milliards de dinars à 52 milliards ou encore les différentes «opérations de marketing et autres formes de communications entamées par Mobilis et qui n’ont pas eu d’effet sur la marque elle-même.» On indique que le nombre d’abonnés aurait connu lui aussi une baisse significative. Cela étant, en attendant de connaître son remplaçant, il est important de noter que M. El Hachemi Belhamdi désigné en 2004 à la tête de Mobilis par l’ex-PDG d’Algérie Télécom, M. Brahim Ouarets, a réussi en un temps record à redonner à cette filiale la place qui est la sienne et ce, dans un environnement des plus concurrentiels. Les efforts fournis par M. Belhamdi lui ont valu une distinction, puisque une année après, le jury du Club excellence management l’a choisi pour lui décerner le très convoité trophée du meilleur manager algérien de l’année 2005. Par ailleurs, le deuxième emprunt obligataire d’Algérie Télécom qui a mobilisé 2500 souscripteurs pour 22 milliards de dinars (300 millions de dollars) était destiné à hauteur de 90% au financement des investissements réalisés par l’opérateur Mobilis, entrant dans le cadre du développement de son réseau de télécommunication mobile. Le reste, soit 10%, est destiné à financer une partie des investissements de l’opérateur historique qui compte, à l’horizon 2011, réaliser un ambitieux programme qui nécessite un budget évalué à 276 milliards de dinars (3,8 milliards de dollars) qui seront essentiellement puisés dans les ressources internes du groupe.
Abder Bettache
youcefabder@hotmail.com

Nombre de lectures : 449

Format imprimable  Format imprimable

  Options

Format imprimable  Format imprimable

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site