jeudi 17 janvier 2008
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Le Soir des Livres
 
 
Nos archives en HTML
 

LE CLIMAT FARCEUR !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Le ministère britannique des Affaires étrangères déconseille fortement à ses ressortissants de se rendre en Algérie. 

Encore un signe de la paix retrouvée !

Ça doit être en rapport avec le climat. Un microclimat fait d’un mélange gazeux, laiteux et chargé d’azote de contrebande. C’est la seule hypothèse ! Sinon, comment expliquer que chez nous, en Algérie, une personne peut être qualifiée de gentille, de sympa et de compétente le matin. Et que dès le soir tombé, cette même personne nous est donnée à voir sous ses jours les plus sombres, sous son apparence la plus noire ? Je prends un exemple d’actualité, donc tout récent. Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU. Lorsqu’il s’est pointé au lendemain du double attentat d’Alger et qu’il est allé inspecter les ruines du siège de l’ONU à Alger, j’ai partout lu des articles super-élogieux sur le monsieur : «Il est beau. Il est magnifique. Il est intelligent. Il est grand pour un Asiatique. Il a les yeux bleus pour un Asiatique. Il sait de quoi il parle, même lorsqu’il ne dit rien. Ses silences sont parlants. Ses positions confortent celles de l’Algérie. Il nous a compris. Nous l’avons compris. Nous nous sommes compris. Voilà un homme courageux qui n’hésite pas à venir en personne marcher sur les gravats du quartier de Hydra.» En gros, le Tout Alger officiel faisait haie d’honneur au Samouraï Ban Ki-moon. Quelques jours après, et une commission d’enquête indépendante, les mêmes encenseurs ont fait tourner au vinaigre le port de miel que l’ONU et Alger se partageaient jusque-là : «Mais qui c’est celui-là le Ki-moon pour oser une commission d’enquête indépendante. Pour qui il se prend le bridé ? C’est pas un minus pareil qui va nous pomper l’air ! Faudrait pas qu’il oublie à qui il a affaire. On en a fait plier de plus coriaces avant lui. Ici, c’est pas un moulin où n’importe quel abruti peut faire atterrir une commission d’enquête indépendante. C’est pas parce qu’il a plein de petits drapeaux sur son bureau qu’il va faire de l’ombre à notre drapeau !» Et quantité d’autres joyeusetés balancées à la volée dans des journaux pas forcément formatés pour ce genre de charges et d’offensives. C’est pour cela que je ne vois pas d’autre explication à ce revirement que la thèse climatique. Tenez ! Prenez vos journaux de ce jeudi matin. Trouvez-y le portrait élogieux d’un étranger, n’importe quel étranger. Je prends le pari que dans une semaine jour pour jour, le même étranger sera traité de tous les noms d’oiseaux et traîné dans la boue. Le microclimat aura encore frappé. C’est sûr ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 5278

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site