dimanche 24 fevrier 2008
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Santé
Monde
 
 
Nos archives en HTML
 

NOUS SOMMES TOUS DES AGITÉS !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Skikda. Arrestation d’un faux officier de l’ANP qui faisait chanter les commerçants. 

C’est la Star Academy militaire !

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Ils se fâchent, nos copains ! Dans un communiqué blindé de sérieux, barreaudé de formules ampoulées et ciselé au bois de langue, le gouvernement qualifie les mouvements sociaux actuels et les grèves des fonctionnaires, dont celle de 3 jours qui démarre aujourd’hui, d’«agitation». Dans leur style unique, inimitable et toujours aussi dénué de paranoïa victimaire, les autorités accusent, entre autres, les enseignants de tenir en otages les enfants. En tendant bien l’oreille, on entendrait presque les trompettes et les tambours, les talons et les culasses qui claquent et l’ordre qui fuse dans la cour froide, à l’aube : «feeeeu !» Ainsi donc, quand tu vis le calvaire, quand tu crains de rentrer chez toi de peur de croiser le regard affamé de tes enfants, quand tu évites les commerçants de ton quartier parce que dans leurs échoppes traînent tes ardoises, et quand tu te révoltes pacifiquement face à cette misère en faisant grève, t’es rien d’autre qu’un AGITE. Et le communiqué, tout en menaces enveloppées dans du papier velours, explique que l’agitation est incompatible avec l’édification du pays, sa construction et la marche triomphante vers les bonheurs futurs qui nous attendent tout au bout du chemin, les bras grands ouverts. C’ta dire, en termes déshabillés de leur velours : «t’arrêtes de t’agiter, sinon, on va te faire une tête au carré que même ta famille elle ne te reconnaîtrait pas !» Voilà dans toute sa splendeur la version officielle du dialogue social. Quand tu fermes ta gueule, que tu crèves en silence, y a dialogue. Dès que tu l’ouvres, y a plus dialogue, y a agitation, y a tribunaux et y a l’bâton ! Etrange tout de même de noter que ce régime ne se renouvelle pas dans les moments où il perd pied. J’ai souvenance qu’en d’autres temps d’«agitations», il avait inventé la plus ingénue des formules, celle du «chahut de gamins». Aujourd’hui, des mères de famille, des pères de famille, des fonctionnaires foulés aux pieds, bastonnés et payés des clopinettes ne sont rien d’autre aux yeux du régime qu’une bande d’agités. Eh ben alors va ! Va pour le label «AGITES». Nous sommes tous des agités ! Et même le fait de fumer du thé pour rester éveillés à ce cauchemar qui continue n’arrive plus à calmer notre agitation.
H. L.

Nombre de lecture : 4309

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site