mercredi 24 septembre 2008
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

LAH’MAM ELLI RABITTOU…

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Code de la route et comportements de conduite. Selon une récente étude, les Algériens favorables à un permis à …

…poings !

La colombe. Ah ! La colombe ! Volatile de la famille des «colombunés». D’abord mettons fin à un mythe, celui de la colombe blanche. Non ! Les colombes ne sont pas toutes blanches. Il existe une multitude d’espèces différentes de colombes. On peut ainsi citer la colombe à calotte grise laquelle, comme son nom l’indique, n’est pas tout à fait blanche. On peut aussi citer la colombe à croissants, répondant au doux nom scientifique de Geotrygon mystacéa. La colombe à face blanche, étant entendu que chez cette colombe-là, seule la face est blanche. La colombe à front gris appelée aussi Leptotila rufaxilla. Ou encore la colombe à tête bleue moins communément connue sous l’appellation de Starnoenas cyanocephala. Et cette liste n’est pas exhaustive. Loin de là. Il existe à ce jour près d’un millier d’espèces de colombes répertoriées. A l’origine, la colombe est une espèce volante. Mais les hommes, dans leur grande débauche d’énergie débile, ont transformé la colombe en symbole. Elle ne demandait rien, la colombe. Pourtant, il est un pays, pour ne citer que celui-là, où les colombes ont subi et subissent encore les pires affres. Au lieu de les laisser voler tranquillement, certains hommes de ce pays ont conditionné les colombes afin qu’elles n’accomplissent plus qu’une seule tâche : parader de manière grotesque et pataude sur la manche d’un costume. M’enfin ! Une colombe sur un bras de costume ! Qu’a-telle à y faire la brave bête ? L’imagination débordante et teintée de sadisme de l’homme ne s’est pas arrêtée à cette absurdité. Elle est allée jusqu’à exiger de la pauvre bestiole qu’elle ne s’envole pas au vacarme provoqué par des coups de feu, aux youyous stridents d’une foule en délire commandé ou encore lorsque l’homme sur le bras duquel elle est posée se met en tête de la caresser avec ses grosses mains. Avez-vous déjà vu, vous, une colombe, un pigeon (h’mama quoi !) ne pas battre des ailes et se tirer au son d’un coup de feu ? La thèse la plus probable et la plus probante, c’est que dans ce pays de sadiques violeurs de colombes, les volatiles ont été lobotomisés et réduits à l’état végétatif. De bel oiseau volant, les colombes ont été transformées en gadget sautillant avec peine d’une manche à une épaule de costume. Ce pays, signataire des accords internationaux condamnant la pratique de la torture, se targue de ne pas la pratiquer. Mon œil ! Je peux citer à comparaître des milliers de colombes qui pourront venir publiquement roucouler leur calvaire. En attendant de les rassembler en association, dans mon pigeonnier, je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4322

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site