Samedi 27 septembre 2008
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

L’HOMME QUI TENDAIT LE MICRO À L’HOMME QUI PARLAIT DANS LE MICRO !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Belkhadem revient sur le devant de la scène. A El-Harrach, devant les militants FLN, il a déclaré : «Ceux qui voulaient m’enterrer sont allés trop vite en besogne.»

Promis, la prochaine fois, on prendra le temps !

J’me présente. Je suis l’homme qui porte le micro à l’homme qui parle dans le micro. C’est un métier. Un métier récent, mais un métier. Du moins, c’est ce qu’ils m’ont expliqué lorsqu’ils me l’ont tendu. Le micro : «Tiens ! Et souris !» Depuis, je travaille consciencieusement à tendre le micro bien droit, vers le bas, à l’homme dont le travail est de parler dans le micr, sans le tenir. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il fasse soleil, je tiens le micro à l’homme qui parle dans le micro. Tout en souriant de toutes mes dents. C’est un métier pénible. Je l’avoue. Surtout au niveau des articulations. Faut pouvoir tenir le micro, le bras bien tendu, pendant de longues minutes. Parfois des heures. Parce que l’homme qui parle dans le micro que je suis chargé de lui tendre parle longtemps, longtemps, longtemps. Et ça me fout des crampes au bras. Le sang reflue vers les mains, parce que le bras est dirigé vers le sol. Malgré la douleur, je ne dois rien montrer. Je dois sourire. Même si l’homme qui parle dans le micro que je lui tends me crie dessus. Parce qu’il lui arrive, à l’homme qui parle dans le micro que je lui tends, de m’engueuler. Dans le micro. Et ça s’entend. Tout autour du micro. Mais aussi ailleurs. A la télévision. Parce que la télévision filme aussi l’homme qui tend le micro à l’homme qui parle dans le micro. Elle n’en rate pas une miette. Remarquez, mes enfants sont contents. Le soir, lorsque je rentre, le bras en écharpe, ils me sautent au cou en criant «papa, on t’a vu à la télé tenir le micro à l’homme qui parle dans le micro !» Ils sont aux anges. Et dans le quartier, ils se vantent un peu auprès de leurs copains. Il n’est pas donné à n’importe qui de tendre le micro à l’homme qui parle dans le micro. Ma femme, elle, toujours aussi grincheuse, me fait tout de même remarquer de temps en temps que l’homme à qui je tends le micro a deux bras. Je lui rétorque que je sais bien qu’il a deux bras. Elle me répond alors qu’elle ne comprend vraiment pas pourquoi il ne tient pas son micro tout seul. Comme un grand. A ça, je ne réponds qu’une chose. Y a plus pénible comme métier que de tenir le micro à l’homme qui parle dans le micro. D’ailleurs, demain, ici même, je vous parlerai d’un malheureux collègue souffrant encore plus de son métier. Le technicien du son. En attendant, je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 4207

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site