mercredi 26 novembre 2008
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Retraite
Le Soir Auto
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 

LE PROBLÈME, CE SONT LES FABRICANTS DE BALLONS !


Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Drame lors des premiers essais de la voiture algérienne roulant à l’essence de dattes. Elle a violemment percuté un… 

… palmier

Au début, j’ai pensé qu’il s’agissait de vulgaires ballons. De ces ballons-sondes envoyés régulièrement dans le ciel pollué d’Algérie. Puis, ces ballons, malgré de fortes pluies, des vents violents et des bourrasques de colère sociale, ne se sont pas estompés, n’ont pas crevé. D’où cette question de logique pure, de physique primaire et de bons sens : qu’es-ce qui permet à un ballon-sonde de tenir malgré la météo défavorable ? Le fait, peut-être, qu’il ne s’agit pas d’un ballon-sonde, mais de quelque chose de moins volatile, de plus envisagé par ses concepteurs, ceux qui l’ont lancé et placé au-dessus de nos têtes. Et là, si ça se confirme, cela mérite tout de même un petit commentaire. Pourquoi Liamine Zeroual maintenant ? J’ai beau eu tendre l’oreille, mettre à fond mes capteurs auditifs, je n’ai pas entendu le monsieur évoquer, ne serait-ce que du bout des lèvres, son envie de se présenter à la prochaine présidentielle. Discret, aussi discret et réservé que n’est exubérant et démonstratif son successeur, Abdekka, Zeroual a scrupuleusement respecté son souhait exprimé à son départ d’El- Mouradia de rester en marge de ce tumulte malsain, et de se consacrer aux siens. Alors, pourquoi certains voudraient absolument sortir un homme qui n’a rien demandé de sa respectable demeure et de son non moins respectable vœu de ne plus voir son nom mêlé à cette «gouvernance-khalouta» ? Je n’ai pas de réponse ! Par contre, j’ai une désespérance, un profond spleen, une impuissance nauséeuse face à cette pratique qui voudrait nous condamner à tourner dans ce pot étroit où se croisent et recroisent les ex avec les actuels, puis les ex-actuels, avec les exex réactualisés. Machine infernale qui tend à vous faire admettre qu’il n’y a point de salut en dehors de cette seule nomenclature des noms autorisés et admis à la consommation. Et si l’on disait, ou plutôt si l’on hurlait aux «catapulteurs» de ballons-sondes qu’il y a un monde en dehors de Abdekka, de Zeroual, de Belkhadem, de Ouyahia ou des derviches tourneurs du MSP ? Et si le problème n’était ni celui de Boutef’, ni celui de Zeroual, ni celui de Tartempion, mais bien celui des fabricants de ballons ? Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

Nombre de lecture : 2943

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site