samedi 04 avril 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Culture
Monde
 
 
Nos archives en HTML
 

Laissons Madani Mezrag tranquille !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

L’Algérie n’importera plus de somnifères. Je trouve cette mesure tout à faire logique. Nous en produisons d’excellents ici même. 

Mohamed Teguia

C’est un exercice facile. Je dirais même plus, facil-macil ! S’en prendre à Madani Mezrag, lui reprocher avec de gros yeux furibards ses propos sur Benhamouda, lui en vouloir parce qu’il a déclaré à des confrères que «Abdelhak Benhamouda méritait de mourir, vu que lui aussi assassinait», c’est à la portée de n’importe qui. Tout comme il était facile de s’en prendre à Benhadj qui a craché sur la tombe encore chaude du numéro 2 des services algériens, le défunt Smaïn Lamari. Tout comme il était encore plus facile de s’émouvoir de la description volontairement minutieuse donnée par Mezrag des derniers râles d’un jeune soldat qu’il venait d’abattre froidement. Ces exercices faciles, nous les avons tous pratiqués. Moi en premier. Par contre, il est plus difficile de pratiquer un autre genre d’exercices. Et comme la difficulté ne me rebute pas, je vous invite à affronter ensemble la «difficulté». Allons-y ! D’abord, un constat. Madani Mezrag est parfaitement dans son rôle lorsqu’il se déclare satisfait et heureux de l’assassinat de Benhamouda. Mezrag est un assassin. Son job est d’assassiner. Lorsque des cibles que lui et ses compagnons se sont fixées sont atteintes, logiquement, ils ne peuvent que jubiler. Par contre, s’il faut incriminer une partie, quelle qu’elle soit, faut pointer l’index bien droit et bien ferme sur la poitrine de celui qui permet, en 2009, à Mezrag de brandir fièrement la tête de Benhamouda comme on le ferait d’un trophée de chasse. Qui lui a permis ? Moi ? Vous ? Qui a fait que des demi-sel, des truands reconvertis dans la boucherie de masse, coincés comme des rats dans leurs casemates avant 1999, en sortent après avril de cette année-là et viennent pisser aujourd’hui sur les tombes de nos martyrs ? Qui ? Moi ? Vous ? Ceux qui iront le 9 voter doivent savoir qu’ils conforteront non pas les seconds couteaux, les Mezrag et autre vermine verte, mais bien plutôt le premier couteau. Ne nous trompons pas de cible. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.

www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 4873

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site