lundi 20 avril 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Chronique du jour
Le HIC
Edition du jour
 
Corruptions
Culture
 
 
Nos archives en HTML
 


Pause-Café
La main «gentille»

La presse arabe a présenté la tournée de M. Mitchell comme une tentative de relancer le processus de paix au Moyen- Orient. Les commentaires ont fait ressortir les difficultés de cette mission : les Palestiniens sont divisés et le gouvernement israélien refuse l’idée d’un Etat palestinien ! Suite...


DÉTENTIONS ARBITRAIRES DE SANS-PAPIERS EN ESPAGNE
Gêne du gouvernement

Interpellé par un sénateur du Parti populaire, représentant l’opposition, au cours d’une séance plénière du Sénat espagnol, le secrétaire d’Etat à la Sécurité, Antonio Camacho, a affirmé que les détentions d’immigrés sans papiers s’effectuent dans un cadre légal et a nié qu’il y a des arrestations arbitraires. Suite...


EXPLOSION D’UNE BOMBE À TÉBESSA
Un mort et quatre blessés

Une personne qui était partie à la chasse dans la localité de Soukiesse, à 30 km au sud de Bir-El-Ater en compagnie de quatre amis, a sauté sur une bombe. Suite...


SIDI-BEL-ABBÈS
Disparition mystérieuse d’un adolescent

Depuis lundi 13 avril 2009, la famille Sahraoui, résidant dans la localité de Sidi-Brahim (Sidi- Bel-Abbès), est sans nouvelles de son unique fils Mohamed Adel, âgé de 14 ans. Suite...


LA QUESTION AMAZIGH EN ALGÉRIE
De l’intrusion institutionnelle à une officialisation encore problématique

Repenser la problématique institutionnelle et législative de l’amazighité, à l’aune de la reconnaissance constitutionnelle de tamazight comme «langue nationale » et de la mondialisation prégnante, par une approche dynamique et non conflictuelle, constitue une nécessité vitale pour le devenir du collectif national. La diversité et les droits culturels sont au cœur des droits de l’homme. Ils s’inscrivent dans les droits de la deuxième génération, à savoir les droits économiques, sociaux et culturels. Ces derniers impliquent la sauvegarde de l’identité de toute communauté humaine ; la libre participation à la vie de la société et aux prises de décisions qui la concernent ou qui concernent la région où elle vit et la promotion de ses intérêts dans le processus de développement. Ces principes et définition ont été maintes fois réaffirmés par la jurisprudence de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples, dont l’Algérie est partie prenante. Suite...


La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site