dimanche 07 juin 2009
Accueil | Edition du jour
 
Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Le Soir Santé
Monde
Vox populi
 
 
Nos archives en HTML
 

H’na fi h’na !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Interrogé sur l’amnistie générale, Belkhadem a répondu : «Au FLN, la question n’a pas encore été tranchée.» Quand le verbe «trancher» sort de la bouche d’Abdelaziz 2, par réflexe, je porte… 

… la main à mon cou !

Je ne sais pas si c’est le soleil de plomb, le temps lourd, l’absence de vent frais ou l’angoisse paralysante à quelques petites heures du match de football Algérie-Egypte, mais il me semble bien que le G.T.S.T., le Grand Tribunal Spécialisé dans les questions de Traitrise, soit en vacances anticipées, sans préavis. Sinon, comment expliquer que de ces travées, de son auguste cour jonchée de cadavres de «traîtres présumés, condamnés et abattus» ne se soit élevée aucune voix autorisée pour dénoncer l’attitude de l’Algérien Beojaoui, candidat d’un autre pays que l’Algérie pour l’élection à la tête de l’Unesco ? Il n’est pas question ici même de dresser un réquisitoire contre cet homme qui a été l’imminence grise de la justice algérienne et l’un des principaux rédacteurs des textes fondamentaux qui étaient censés nous faciliter la vie et qui nous l’ont vachement compliquée. Non ! Nous avons assez souffert des anathèmes pour en jeter à notre tour. Personnellement, je me fous un peu, et même beaucoup du fait que Bejaoui ait choisi de concourir sous les couleurs du Cambodge pour cette élection. Si ça ne tenait qu’à moi, Bejaoui pourrait concourir sous les couleurs du Liechtenstein, des îles Galapagos, de Trinidad et Tobago ou du Kwazulu Oriental, ça ne ferait pas tressaillir un poil de mes sourcils. Je m’en fous d’autant plus que je suis plutôt adepte de laisser les vieilles personnes assouvir tous leurs fantasmes inavoués sur leur dernière parcelle de trajectoire avant le grand envol. Par contre, je ne m’explique pas que le Grand Tribunal en Traitrise soit aussi muet, lui si prompt à dresser ses buchers. Comment cette assemblée d’inquisiteurs habituellement rapide à la détente lorsqu’une délégation de journalistes s’approche d’un peu trop près d’Israël, la main si sûre sur le levier actionnant la guillotine lorsqu’un parti politique met en berne le drapeau national pour le remplacer par un bout d’étoffe noire, le poignet fortement agrippé à la corde lorsque Sansal écrit Le village de l’Allemand, comment cet aréopage de «coupeurs de têtes professionnels» de «tueurs à gages» ne s’est pas encore manifesté. La réponse est bête à pleurer. Le G.T.S.T. n’a rien dit, ne dit rien et ne dira rien car l’incriminé est des siens. Il fait partie du sérail qui donne, ordonne et ôte les insignes de patriotisme. Le même sérail qui aboie à chaque fois l’ordre d’accrocher une étoile d’infamie sur le veston d’un «déviant» à l’ordre établi. Et dans ce sérail-là, on ne donne jamais à exécuter l’un des siens. C’est une règle. Une règle mafieuse, peut-être. Mais une règle respectée. Car dans ce sérail, entre soi, on a d’autres méthodes pour régler et solder les comptes. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 4276

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site