dimanche 30 Août 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Monde
Reportage
Ramadan
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Nos archives en HTML
 

Au moins, enseignez la discrétion à vos enfants !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
Plusieurs chantiers archéologiques en cours en ce moment à Alger. Place des Martyrs, des pièces ottomanes mises au jour. Et à El-Mouradia, une découverte exceptionnelle !

Des dinosaures en excellent état de conservation

Effectivement, Monsieur le ministre ! Dans cette Algérie-là, celle qui se donne en spectacle dans les journaux du pays ces dernières heures, il n’y a pas de pauvres. Quand je lis, écrit noir sur blanc sans que cela soit démenti, que «le fils d’un ministre algérien en exercice a été arrêté à Genève, en Suisse, au volant d’une grosse voiture de luxe pour conduite dangereuse», et qu’aux policiers suisses qui demandaient à ce fiston de ministre d’expliquer comment il était en possession de 20 000 euros en liquide, il leur aurait rétorqué : «C’est mon argent de poche !», alors oui, mille fois oui, Monsieur Ghoulamallah, cette Algérie-là, celle des balades genevoises à bord de limousines lestées de 20 000 euros ne connaît pas la pauvreté. Comment pourrait-elle connaître la pauvreté ? Et quel est ce salaire de ministre algérien – mahma kan ce ministre — qui permettrait à son fils de rouler carrosse à Genève et de détenir un pécule, un argent de poche équivalent à… 200 mois de salaires pour un smicard payé à 12 000 DA mensuels ? J’en appelle aux comptables, aux amateurs d’additions et de multiplications et j’en appelle surtout à la raison : comment est-ce possible ? En vérité, vous aviez raison Monsieur le chargé du culte ! Et j’avais tort de vous faire le reproche de ne pas voir la pauvreté. A l’impossible, nul n’est tenu ! Biologiquement, physiquement, épistémologiquement, structurellement, logiquement, mentalement, philosophiquement, anatomiquement, cellulairement, épidermiquement, vous ne pouvez pas voir, percevoir, la pauvreté en Algérie. C’est d’autant plus vrai que les limousines genevoises ont cette fâcheuse tendance à abriter les fils à papa derrière des vitres teintées. Et il faut, de temps à autre, le sérieux, le professionnalisme de petits policiers suisses pour que les teintes s’estompent et que la laideur de cette Algérie imperméable à la pauvreté apparaisse furtivement. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 4690

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site