lundi 28 septembre 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Vox populi
Sports
Femme magazine
Corruptions
Monde
Société
Reportage
Chronique du jour
Pousse avec eux
Le HIC
Edition du jour
 
Nos archives en HTML
 

Inévitable ? Il a dit inévitable ? Comme c’est bizarre !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr
A partir du 30 septembre, ouverture à Alger du 13e salon de l’auto. Pour le plaisir des yeux.

Et seulement pour ça !

Farouk Ksentini adore les phrases affirmatives. Ainsi, l’autre jour, il s’est pointé devant les journalistes et leur a lancé à la figure le prototype même de la phrase affirmative. En gardant tout son sang-froid, sans que sa pression artérielle n’en soit particulièrement affectée et sans aucune incidence sur le taux d’acidité de sa sudation, Farouk a dit : «L’amnistie générale est inévitable !» Pan ! C’est généralement le bruit provoqué par les phrases affirmatives. Elles claquent comme des balles. Et comme les balles, elles sont censées clore un débat. Lorsque Farouk nous affirme que l’amnistie générale est inévitable, la discussion autour de cette question de l’amnistie générale est censée être close. Même si Farouk ne le rajoute pas explicitement, on sent bien tout de même qu’en écho à sa phrase affirmative «l’amnistie générale est inévitable !», Farouk a envie d’asséner une autre phrase tout autant affirmative. Du genre «c’est ainsi, y a rien à discuter, circulez !» En théorie, les phrases affirmatives de Farouk doivent faire mouche, fonctionnent au quart de tour et ne doivent rencontrer aucun problème sur leur chemin triomphant. En théorie, seulement. Car, dans les faits, la phrase affirmative de Farouk «l’amnistie générale est inévitable !» peut voir son côté affirmatif voler en éclats, exploser et s’éparpiller en mille morceaux. Si on lui oppose une autre phrase. Une phrase qui ne prétend pas être affirmative. Qui ne prétend pas non plus être négative. Ni d’ailleurs jubilatoire. Notre phrase se veut juste informative. Et elle aussi, lorsqu’elle est convenablement prononcée, provoque un superbe «PAN !» après le point final qui la clôt. Jugez-en : «L’amnistie générale est tout sauf inévitable, à partir du moment où l’on élimine l’objet même de l’amnistie, le tango !» En clair, l’élimination des terroristes rend caduque l’affirmation de Farouk, car si l’on broie la vermine verte, l’amnistie générale devient de facto inutile, et donc évitable. Elémentaire mon cher Farouk! Pan ! Pan ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 3944

  Édition papier
Lire le journal en PDF

Télécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site