dimanche 18 octobre 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Vox populi
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Société
Pause-Café
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML
 

La Fitna !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Classement FIFA. L’Algérie est classée 29e . Juste derrière l’Egypte. 

Ah ! la belle position !

Ils sont gentils à la direction de la police de minimiser les affrontements entre jeunes dans le quartier de Bab-el-Oued et de charger la presse, accusée d’exagérer de petites échauffourées entre gamins et de vouloir leur donner une dimension de guerre des gangs sur fond de couvre feu. Moi, je veux bien qu’à Bab-el-Oued, il ne s’est agi finalement que d’une petite partie de marelle qui a quelque peu enflé, mais pas vraiment grossi. Seulement voilà, dans le même temps, presque en synchro avec le communiqué de la DGSN, j’apprends que l’agression d’un homme à Boumerdès tourne à l’affrontement sanglant entre bandes rivales, qu’une partie de football se termine sur un bilan de plusieurs morts et d’une centaine de blessés, et plus loin dans le temps, qu’au printemps dernier, il aura fallu dépêcher sur Ghardaïa des ministres d’Alger pour empêcher des ratonnades à grande échelle, rédiger un traité de paix entre deux ethnies algériennes, comme l’on rédigerait un traité de bon voisinage entre deux pays en guerre. Tout cela pour dire que l’Algérie n’a jamais été aussi proche de la balkanisation que depuis qu’un homme y est venu parler de paix et nous l’agiter sous le nez à la moindre de ses apparitions guerrières. Plus brutalement dit : l’Algérie est livrée ! Livrée d’abord à elle-même. Ce qui n’est pas le moindre des dangers. Exemple le plus frappant et le plus récent, encore plus récent que les affrontements de Bab-el-Oued, celui du week-end dans les écoles. Le ministère va semble-t-il laisser aux directeurs des établissements le loisir de choisir leur plage de repos, et donc celle de nos enfants. Se rendent-ils vraiment compte de ce qu’ils font ? Ont-ils conscience du processus mortel et diabolique qu’ils enclenchent ainsi ? Faudra-t-il donc que nous allions vers des républiques autonomes, différenciables par leurs régimes de repos non analogues ? Faudra-t-il donc que l’on s’achemine vers des académies du jeudi-vendredi, et d’autres du vendredi-samedi ? Et l’école, tout comme la guerre des bandes rivales dans un quartier d’Alger, n’est que l’expression en surface d’un syndrome plus latent. Plus dramatique. La division. La fitna. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 3930

  Édition papier
Lire le journal en PDF

T élécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site