dimanche 08 novembre 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Culture
Vox populi
Sports
Femme magazine
Le Soir Santé
Contribution
Pause-Café
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Fuir, oui, mais avec dignité !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Football. Egypte-Algérie, au Caire. C’est l’armée égyptienne qui prendra en charge la sécurité. 

Kituki ?

Il faut y penser. Et sans tarder ! Il faut mettre sur pied un comité ou une association ou un haut conseil ou une fédération ou un commissariat ou un groupement ou une quelconque autre structure, appelez-là comme vous voulez, qui s’occuperait des intérêts des responsables algériens obligés de quitter précipitamment un pays étranger. Quand ils n’étaient pas encore nombreux, la mise en place de ce genre de structures n’était pas une urgence. Mais aujourd’hui, elle s’impose d’elle-même vu le nombre de nos dignitaires contraints au retour en 4e vitesse en Algérie. Jusque-là, on a pensé à tout. Comment les exfiltrer. Comment leur faire prendre le premier vol de nuit et autres astuces censées leur permettre d’échapper aux justices des pays d’accueil. Mais on a oublié des détails qui ont pourtant leur importance. Le mec obligé de quitter sa chambre d’hôtel dans la précipitation ne pensera pas, logiquement à tout prendre avec lui. Ainsi, il est fort possible qu’il oublie des effets de toilette dans la salle de bains. Une brosse à dents, un rasoir ou un séchoir. Il faut aussi pouvoir rapatrier ces objets qui font partie du patrimoine de notre compatriote, et donc, par extension, du patrimoine du pays. Si ce même Algérien vachement pressé de partir a fait des achats, les a entassés dans des sacs et des valises dans sa chambre d’hôtel, il faudra, là aussi, penser à les acheminer au bled, car, qu’on le veuille ou pas, ces achats-là, le monsieur les a payés. D’ailleurs, il faudra aussi veiller à envoyer quelqu’un à l’aéroport pour procéder aux formalités de détaxe des produits et effets achetés. Il n’y a pas de raison de faire bénéficier la TVA des pays d’accueil de cadeaux pareils. Autre aspect à ne pas négliger : si notre responsable fuit de nuit un pays soudain devenu juridiquement hostile à son encontre et qu’on l’embarque dans un avion, en classe économique alors que son billet, à l’origine est un première classe, il est nécessaire de lui verser une compensation pour ce déclassement indépendant de sa volonté. Et je n’évoque même pas ici la nécessité impérieuse de réfléchir aux voies et moyens pour que notre infortuné responsable fuyard puisse récupérer les nuitées d’hôtel qu’il n’aura forcément pas consommées, puisqu’il aura été obligé de déguerpir de son lieu d’hébergement, rattrapé qu’il est par son supposé passé. Et ouais ! Il ne va tout de même pas casquer pour 7 nuits alors qu’au bout de la 2e, il avait les juges aux fesses et l’aéroport en ligne de mire, non ? En clair, il nous faut veiller en tous points à ce qui nous rassemble tous : la dignité de nos dignitaires indignés de se voir pourchasser d’un pays étranger, mais qui n’ont pas matériellement trop le temps d’aller protester de leur dignité bafouée. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 3711

  Édition papier
Lire le journal en PDF

T élécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site