lundi 09 novembre 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Périscoop
Régions
Culture
Vox populi
Sports
Femme magazine
Corruptions
Contribution
Pause-Café
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


Y a vraiment pas de quoi être fiers !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

A l’occasion de la tenue en… Egypte du forum Afrique-Chine, Abdekka désigne Belkhadem pour l’y représenter. 

Ça va si mal entre les deux hommes ?

Pourquoi pas une guerre éclair ? Une campagne militaire de six jours à peine. L’Algérie pourrait lancer en premier, un raid de Mig. On en a peut-être rendu quelques-uns aux Russes, mais on en a gardé suffisamment pour faire de gros dégâts sur les lignes de défense égyptiennes. Cette première offensive aérienne peut être appuyée par un tir conjugué de missiles air-sol et sol-sol, hein ? Qu’est-ce que vous en dites ? Et nos hélicoptères, hein, nos hélicoptères ? Ils doivent être mis à contribution pour des largages de troupes derrière les lignes ennemies, dans les faubourgs du Caire et aux abords du Cairo-Stadium. L’effet de surprise devrait être complet. Une fois ainsi durement éprouvées, les forces égyptiennes verraient alors débouler sur elles les brigades motorisées et les colonnes de chars et d’engins blindés. Rien n’interdit aux commandos, en appui de ces vagues de tanks, de recourir au lance-flammes pour éliminer au passage les «obstacles» humains et les poches de résistance éventuelles. Il est bien évidemment entendu que des bombardiers interviendront aussitôt les hélicoptères partis, afin de larguer tout un tas d’armes pas très conventionnelles, comme des bombes au phosphore blanc. C’est bon, çà, le phosphore blanc, hein ? Je continue, ou ça suffit comme ça dans la débilité débilitante ? Non, mais franchement, y a rien de plus facile que le langage guerrier. M… alors ! Mais qu’est-ce qui nous arrive à la fin ? Sous prétexte qu’une chienlit de télévision égyptienne, la Dream Ch’koupi, fait dans la provoc’ et dans l’insulte, il faudrait que nous aussi nous sombrions dans la folie ambiante et que nous brandissions nos paras à tout-va ? Là, très honnêtement, ce n’est plus un appel à la raison qu’il faut que nous nous auto-administrions. C’est carrément la camisole de force qu’il nous faut endosser, fissa ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 4202

  Édition papier
Lire le journal en PDF

T élécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site