mardi 17 novembre 2009
Accueil | Edition du jour
 

Actualités
Régions
Culture
Vox populi
Sports
Femme magazine
Monde
Société
Chronique du jour
Pousse avec eux
Edition du jour
 
Nos archives en HTML


ça suffit !

Par Hakim Laâlam  
Email : laalamh@yahoo.fr

Trois harraga algériens morts noyés au large de Ténès. Ouf ! Un moment, j’ai vraiment eu peur. 
J’ai cru qu’il s’agissait de…

… de supporters agressés au Caire !

Dans ce grand hôpital psychiatrique qu’est devenue l’Algérie en quelques heures, en quelques jours, il faudra bien que des voix s’élèvent par-dessus le mugissement criminel pour dire : «Où allons-nous ?» Des agences Djezzy attaquées, pillées et brûlées. Des ressortissants égyptiens brutalisés dans des espaces publics. Des déferlantes humaines portant à bout de bras des reproductions en carton-pâte de cercueils aux couleurs égyptiennes. Des lieux de résidence de coopérants de ce pays encerclés et sur le point d’être mis à sac. Devrons-nous nous taire face à cela parce qu’il est plus rentable démagogiquement parlant de se taire, plus bénéfique du point de vue de l’audience populaire d’accompagner cette hystérie et plus facile d’encourager les bas instincts que d’appeler à la raison, la seule raison valable en l’occurrence, la raison sportive, demain, sur la pelouse du stade de Khartoum ? C’est aux autorités algériennes d’enclencher toutes les procédures officielles, semi-officielles et même non déclarées de riposte et de réactions. Il en existe des centaines, des milliers. Que le régime fasse travailler ses économistes. Qu’il fasse aussi bosser ses chancelleries et ses juristes. Qu’il dépose motion sur motion et plainte sur plainte auprès de qui de droit. Mais pourquoi entraîner les citoyennes et les citoyens dans cette course folle au meurtre de l’autre ? De victimes, nous sommes en train de glisser – et vite, même pas doucement — vers le statut de coupables. Faudra-t-il dans cet aveuglement haineux que des justes ouvrent leurs portes, celles de leurs domiciles pour y cacher des Egyptiens ? Faudra-t-il que nous dissimulions des enfants de ce pays dans nos caves au moment des rafles qui emmènent leurs parents vers quelques lieux indéfinis et haïssables ? Ça suffit ! Ça suffit comme ça ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.
www.tacervellesarrete.blogspot.com

Nombre de lecture : 5918

  Édition papier
Lire le journal en PDF

T élécharger la version compressée

CE QUI S’EST RÉELLEMENT PASSÉ À TIBHIRINE

Télécharger

 

La copie partielle ou totale des articles est autorisée avec mention explicite de l'origine
« Le Soir d'Algérie » et l'adresse du site